outre-mer
territoire

Porto Rico en état d'urgence à l'approche de la tempête Dorian

intempéries
Porto Rico Dorian
©Eric Rojas / AFP
Le président américain Donald Trump a approuvé mardi soir l'état d'urgence à Porto Rico à l'approche de la tempête tropicale Dorian, susceptible de devenir un ouragan avant de toucher mercredi l'île ravagée par le passage de Maria en 2017.
 
Selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC) américain, à 12H00 GMT, la tempête Dorian, dont les vents atteignaient 95 km/h, est amenée à se renforcer avant d'atteindre Porto Rico et les Iles vierges britanniques
et américaines. Elle devrait ensuite prendre jeudi la direction des îles Turques-et-Caïques et des Bahamas.       
    
La déclaration d'état d'urgence permet de débloquer des fonds fédéraux pour les secours, coordonnés par l'Agence fédérale américaine des situations d'urgence Fema. "Nous suivons de près la tempête tropicale Dorian alors qu'elle se dirige, comme d'habitude, vers Porto Rico", a tweeté mercredi Donald Trump.
     
"La Fema et tous les autres sont prêts, et vont faire du très bon travail. Lorsque c'est le cas, faites-leur savoir et remerciez les chaleureusement - pas comme la dernière fois", a-t-il ajouté. 
 
Trump: Porto Rico est "l'un des lieux les plus corrompus au monde"
Porto Rico est l'un des lieux les plus corrompus au monde", a tweeté le président américain en évoquant ce territoire rattaché aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle. "Leur système politique est en ruines et leurs dirigeants sont soit incompétentes soit corrompus", a-t-il ajouté, déplorant que "les milliards de dollars" débloqués après le passage de l'ouragan Maria en 2017 aient, selon lui, été envoyés à des "politiciens corrompus".
    
"Et, au passage, je suis la meilleure chose qui soit arrivée à Porto Rico!", a-t-il ajouté.
    
En septembre 2017, l'ouragan Maria avait traversé toute l'île, causant des ravages dont le territoire américain peine encore à se relever. L'ancien gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a été poussé à la démission le mois dernier, en partie en raison de vives critiques liées à sa gestion de la crise.
 
Publicité