Pourquoi le variant Omicron pèse sur la valeur de la production calédonienne de nickel 

transition énergétique
NICKEL
Métallurgiste du ferronickel en Nouvelle-Calédonie ©Nicolas Alain Petit Biosphore/AFP
Sous pression d'un nouveau variant du coronavirus, aux contours mal connus, la Bourse des métaux de Londres (LME) a décroché en fin de semaine. Le nickel termine en recul de 3,38 % à 19.967 dollars la tonne. Le cuivre, considéré comme le roi des métaux, baisse de 3,57 %.

C'est un petit "vendredi noir " qui a effrayé les investisseurs du marché des métaux industriels de Londres (LME). L'annonce d'un nouveau variant du coronavirus qui serait plus contagieux et plus résilient aux vaccins, a jeté un vrai coup de froid sur les perspectives de croissance de l'économie mondiale.

Dans la foulée du décrochage des Bourses asiatiques et du marché des métaux de Shanghai, les marchés actions européens ont largement plongé dans le rouge, avec notamment une chute brutale des compagnies minières et métallurgiques alors qu’elles étaient en pleine ascension.

Présentes en Nouvelle-Calédonie, cinquième producteur mondial de l’alliage de l’acier et désormais des batteries électriques, Eramet et Glencore ont effacé leurs gains des derniers jours. 

Cependant, si la situation s’est brusquement assombrie, elle est loin d’être catastrophique. La vague actuelle n’affecte pas encore les prévisions économiques ni les investissements destinés au marché des batteries des voitures électriques; Ainsi, le négociant londonien Marex Spectron indique que le groupe chinois Weiming a signé un accord pour investir dans un projet de 400 millions de dollars pour produire des concentrés (mattes ion-nickel) en Indonésie.

Le nickel a connu une semaine en deux temps, s'appréciant de lundi à jeudi avant de baisser en fin de semaine avec les autres métaux cotés au LME.

Daniel Briesemann, analyste de Commerzbank, attribue ce dernier mouvement à l'aversion au risque qui s'est emparée vendredi de l'ensemble des marchés après la détection d'un nouveau variant du Covid-19 au Bostwana puis en Afrique du Sud.

Baptisé par l'OMS Omicron, ce dernier présente un potentiel de propagation très rapide, selon les scientifiques, qui ignorent à ce stade si les vaccins actuellement disponibles sont efficaces contre lui.

Pour ne rien arranger, la force du dollar, stimulé par la reconduction lundi de Jérôme Powell à la tête de la Réserve fédérale américaine (Fed) et la publication mercredi de données macroéconomiques alimentant la perspective d'une resserrement prochain de la politique monétaire américaine, ont contribué à briser l’élan des métaux industriels.

Comme le billet vert est la monnaie de référence des cours du nickel et des autres métaux côtés au LME, sa hausse pèse sur le pouvoir d'achat des investisseurs utilisant d'autres devises. C'est le cas notamment des investisseurs et des industriels chinois, premiers clients de la production de la Nouvelle-Calédonie. 

LME Nickel le 27/11/2021 19.967 dollars/tonne -3,38% (5 jours -0,38 %)