publicité

Quand la Chine éternue, le nickel calédonien s’enrhume

La polémique entre la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie et la SLN n’a pas vraiment attiré l’attention des investisseurs du nickel à la City de Londres. Trop compliqué à interpréter pour les traders et sans conséquence directe sur les cours du nickel. Alors que la Chine…
 

Minerai de nickel calédonien dans l'usine SLN (Eramet) de Doniambo en Nouvelle-Calédonie © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Minerai de nickel calédonien dans l'usine SLN (Eramet) de Doniambo en Nouvelle-Calédonie
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le
La province chinoise du Guangdong qui représente près d'un tiers des exportations industrielles du pays enregistre son plus mauvais résultat depuis janvier 2016. L’indice de la production manufacturière (PMI) des usines, a chuté en août sous le seuil de 50 à 49,3. En conséquence, les clignotants économiques sont au rouge, les investisseurs se détournent du complexe de base des matières premières et du nickel dont le Guangdong est un grand utilisateur pour son industrie de l’acier inoxydable.

« Hausse du dollar, aversion aux risques, tensions commerciales, la diminution des stocks mondiaux de nickel ne suffit plus, à elle seule, à enrayer la baisse des cours du métal » Metal Bulletin

Une fin d'été maussade

Pendant ce temps à Londres, ce début du mois de septembre s’annonce plutôt sombre pour le marché des métaux industriels dont les prix sont fixés par le LME. Quelques progrès sporadiques ont été enregistrés, mais la Bourse des métaux est en mode défensif. Cuivre, nickel et zinc reculent soumis aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. « Le mois de septembre commence sous une pression accrue souligne le négociant industriel Marex Spectron. Les volumes de nickel négociés sont en forte diminution, ils sont tombés à leur niveau le plus bas depuis janvier 2018 ». Les prix chutent...
© Kitco Metals
© Kitco Metals

Les fondamentaux restent bons

Seul signe positif en Asie, les derniers mouvements du marché indiquent un redressement du prix des armatures en acier inoxydable (nickel). Le producteur chinois Tangshan ayant annoncé qu’il pourrait mettre en œuvre des réductions de production plus fortes que prévues en septembre. « Les fondamentaux n’ont pas évolué, les stocks baissent encore ce qui est positif, mais la demande chinoise ralentie, donc les investisseurs réduisent leur position d’achat de nickel ou de cuivre au LME de Londres ou au SHFE de Shanghai. Malgré tout, les prix devraient rebondir d’ici la fin de l’année car la Chine a pris des mesures environnementales incitatives qui vont relancer la demande en métaux éco compatibles » conclu Boris Mikanikrezai, analyste des marchés matières premières au Metal Bulletin.

Le nickel valait 12.430 dollars (5,63 USD par livre) mardi en milieu d’après-midi à Londres. Le métal perdait 2,83 % en recul de près de 8,62 % sur la semaine.

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play