Reims : la cocaïne en provenance du Surinam via la Guyane était cachée dans des patates douces

trafic de drogue
tribunal reims
Le palais de justice de Reims (photo d'illustration) ©Tibor Bognar / Photononstop / Photononstop via AFP
Six personnes ont été condamnées par le tribunal correctionnel de Reims, pour avoir acheminé de la cocaïne dans des patates douces depuis le Surinam via la Guyane. Près d'1,5 kg de drogue avait été retrouvé dans les tubercules. 
1,463 kg de cocaïne, dont le taux de pureté oscillait entre 50 et 60%, caché dans des patates douces. Voilà le butin découvert par les policiers à Orly, lors de l'arrivée d'un avion en provenance de Guyane le 9 avril 2018. La drogue était transportée par un jeune homme, V. A., mêlé à un trafic de cocaïne entre le Surinam et la France, via la Guyane. 

Interpellé, il a nié les faits mais les enquêteurs ont retrouvé dans son téléphone des SMS équivoques datant de l'été 2017, soit quelques mois après une première enquête sur un trafic dans le quartier de la Croix-Rouge à Reims, qui avait permis l'interpellation de V. A., note le journal L'Union
 

Six personnes condamnées

Mis en examen en 2018 pour trafic de stupéfiant, il a été jugé la semaine dernière en correctionnel au tribunal de Reims. À ses côtés, cinq autres personnes dont un homme, W. M., suspecté d'avoir tenu un rôle prédominant dans le trafic entre le Surinam, la Guyane et l'Hexagone. Il avait été arrêté à Orly suite à l'interpellation de "mules" porteuses de près de 15 kg de cocaïne et placé en détention provisoire en janvier 2019. 

Étaient également jugés trois revendeurs soupçonnés d'être liés à ce trafic dans plusieurs quartiers de Reims et arrêtés en janvier 2019. Enfin, un sixième homme surnommé "Rich" et désigné par les autres mis en cause comme le "boss" du trafic, a été interpellé le 29 mai 2019.

Tous ont été condamnés : W. M. et Rich à trois ans de prison dont six mois avec sursis et maintien en détention, V. A. à deux ans de prison dont un avec sursis, deux revendeurs à deux ans de prison dont un avec sursis et le dernier à 18 mois de prison dont dix avec sursis.