Suicide de la Réunionnaise Dinah : l'enquête pour harcèlement scolaire classée sans suite

justice
Marche blanche pour Dinah à Mulhouse
Des fleurs sont déposées près du collège où était scolarisée Dinah, à Mulhouse, le 14 octobre 2021. ©FREDERICK FLORIN / AFP
Près d'un an après le suicide de Dinah Gonthier, la procureure de Mulhouse (Haut-Rhin) a annoncé vendredi le classement sans suite de l'affaire, mais la famille de la jeune fille de 14 ans maintient qu'elle a été victime de harcèlement scolaire.

"Pour le parquet, la mort de Dinah n'est pas consécutive à un harcèlement scolaire", a expliqué la procureure de la République à Mulhouse, Edwige Roux-Morizot, lors d'une conférence de presse.
La magistrate s'est exprimée avec beaucoup de prudence et de sensibilité, semblant peser chacun de ses mots concernant "la plongée dans l'intimité" de cette jeune fille, rendue nécessaire par les deux enquêtes pour recherche des causes de la mort et pour harcèlement scolaire.

Côté sombre

Après une première tentative de suicide en mars 2021, Dinah, scolarisée en classe de seconde à Mulhouse, avait été trouvée pendue au domicile familial de Kingersheim dans la nuit du 4 au 5 octobre 2021.
Sa famille avait porté plainte le mois suivant pour "harcèlement", "homicide involontaire" ou encore "incitation au suicide", pour des faits qui se sont déroulés entre 2019 et 2021, quand Dinah était en classe de 4e et de 3e. Elle accusait le collège de ne pas avoir réagi à la situation.

"Il y a eu en effet certaines insultes, mais auxquelles elle répondait sans difficulté, mais il y a eu surtout une souffrance de quitter un groupe qu'elle formait avec un certain nombre d'amies" en classe de 3e, a expliqué la procureure de Mulhouse. "Il y a eu (entre son nouveau groupe d'amies et l'ancien) des échanges un peu houleux qui ont rendu notamment Dinah très malheureuse, mais aucun élément objectif ne ressort qui puisse être qualifié de harcèlement", a-t-elle ajouté. Par ailleurs, la jeune fille n'était "pas du tout insultée en raison de son orientation sexuelle" ni de son métissage, a également souligné la procureure.

Achevée en avril et présentée à la famille en mai, l'enquête,  "objective, exhaustive, impartiale et très complète" selon Mme Roux-Morizot, avec au total une centaine de personnes entendues, a permis de dresser un portrait assez précis de Dinah, une "jeune fille brillante, absolument pas isolée" mais aussi avec un côté sombre, "une personnalité complexe, avec un déséquilibre psychique". "Elle avait une soif de reconnaissance telle que ce n'était jamais assez, elle était toujours insatisfaite", a noté la magistrate.

"Épreuve supplémentaire"

L'avocate de la famille de Dinah a encore la possibilité de déposer un recours auprès du procureur général ou une plainte avec constitution de partie civile auprès d'un juge d'instruction. "On va y réfléchir tranquillement", a indiqué à l'AFP Me Laure Boutron-Marmion, qui d'ores et déjà "conteste formellement" les conclusions du parquet.

Cette annonce de classement sans suite est "évidemment décevante" pour la famille de Dinah, pour laquelle cela constitue "une épreuve supplémentaire, surtout à quelques jours de l'anniversaire de sa mort", a rapporté l'avocate.

Me Boutron-Marmion dénonce, de la part du parquet, une "lecture vindicative du dossier", alors qu'au contraire, selon elle, "l'enquête démontre des faits de harcèlement clairs".

"Beaucoup d'auditions ont pu confirmer le calvaire que vivait Dinah" et, "à ce stade, l'enquête démontre un établissement scolaire aux abonnés absents face à sa détresse", affirme l'avocate de la famille, jugeant que "le parquet met le curseur différemment" sur ce qu'est du harcèlement.

Elle a fait parvenir mercredi une demande d'actes d'enquête supplémentaires, notamment l'exploitation du téléphone de Dinah au moment où elle était en classe de 3e.
Mme Roux-Morizot a expliqué avoir choisi de communiquer de manière plutôt inhabituelle, sur un classement sans suite, "dans la mesure où un collège en entier a été stigmatisé et l'équipe éducative nommément désignée".
La procureure a d'ailleurs annoncé qu'"un militaire, qui habite à l'autre bout de la France", et une autre personne résidant à Dijon, qui avaient proféré sur les réseaux sociaux des menaces de mort visant des personnels du collège de Dinah, avaient été identifiés et seraient jugés par le tribunal correctionnel en mars.