Surf : l’élite nationale à la coupe de la fédération avec dix surfeurs d’outre-mer en force

surf tahiti
Johanne Defay
la Réunionnaise sera l 'une de attractions de cette coupe de le Fédération ©FFS
En juillet je remets mon lycra, c’est le concept. La Fédération Française de surf organise cette semaine une compétition sur invitation. Un seul jour et un seul lieu en raison des restrictions sanitaires. Le but : permettre aux meilleurs surfeurs de renouer avec la compétition et leurs fans.
 
On le sait les surfeurs  ont fait du Sud-Ouest leur territoire national, les fans aussi, en gros c’est là que ce se passe. Ceux-ci sauront vite se déplacer pour venir voir leurs idoles, dès que le feu vert sera donné. Seuls manquent à l’appel Michel Bourez et Jeremy Florès, les deux meilleurs Français qui n’ont pas fait le voyage de Polynésie. Ils avaient effectué le stage Equipe de France à Tahiti en compagnie de Johanne Defay en mars, juste avant le confinement. Depuis ils ont remis leur planche à l’eau, mais ne seront pas présents cette semaine.

Cette compétition d’une journée qui doit se dérouler en moins de six heures, est un vrai défi, elle se fait sur invitation avec le partenariat de l’Agence National du Sport de Haut Niveau, organisme dirigé encore il y a quelques jours par Jean Castex, le nouveau Premier Ministre. "Nous avons contacté tous les surfeurs de l'élite pour connaître leur motivation et leur disponibilité, " explique Stéphane Corbinien, le directeur de la performance. " Jérémy Florès et Michel Bourez préfèrent éviter un long voyage depuis le Pacifique sud mais tous les autres sont présents. "
 

Johanne Defay la femme à battre

Sur les vingt surfeuses et surfeurs sélectionnés, dix sont originaires d’outre-mer. Six coté garçons, les Réunionnais Maxime Huscenot, Jorgan Couzinet, les Guadeloupéens Thomas Debierre, Gatien Delahaye et Charly Martin, le jeune espoir Tahitien Kauli Vaast. Côté féminin, il y aura les Réunionnaises Johanne Defay et Canelle Bulard, mais aussi la Guadeloupéenne Maud le Car et la Polynésienne Vahiné Fierro. Ce qui prouve la richesse des Outre-mer.

La tête d’affiche chez les filles est bien sûr Johanne Defay. Elle n'a pas surfé pendant les deux mois du confinement et avoue être en manque : " Ça n'a pas été simple de me remettre à l'eau ces dernières semaines à La Réunion. Je n'ai surfé que 5 fois depuis le déconfinement. L'important pour moi est déjà de pouvoir surfer de nouveau régulièrement."
 

Remettre le lycra c'est le bonus !

Johanne Defay


Privée de Tour Mondial pour cause de Covid 19, la Réunionnaise a seulement participé début mars au Sydney Surf Pro où elle avait terminé neuvième. La revoilà donc sur les spots de Nouvelle-Aquitaine qu'elle affectionne particulièrement.
 
Johanne Defay
La réunionnaise remet le lycra ©FFS

Cannelle Bulard, l’autre Réunionnaise, mais aussi Maud le Car la Saint-Martinoise tenteront de perturber la hiérarchie. A suivre aussi la  Polynésienne de 19 ans Vahiné Fierro, qui est arrivée depuis la semaine dernière. Très en vue en février dernier avec une vague magique qui a fait le tour de réseaux sociaux : " Je n'ai pas hésité à dire oui pour ce long trajet. Ça fait quatre mois qu'on surfe des vagues parfaites à Tahiti et je suis contente de partir relever le challenge d'aller surfer les vagues plus molles de l'été français. Plus sérieusement, ça ne pourra être que bénéfique pour progresser dans ces conditions-là, " déclare la jeune surfeuse de Huahine.
 

Jorgan Couzinet en embuscade

Côté garçons donc les numéros un et deux absents, Johann Duru le Landais sera l’homme à battre. Pensionnaire de l’élite mondial WCT (World Championship Tour)  pendant deux ans, le numéro 3 français évoluera à domicile. Relégué sur le circuit WQS (World Qualifying Série) , il a signé un quart de finale en mars à Newcastle en Australie, s'inclinant de très peu face à Julian Wilson (16,80 à 16,08). Mais derrière c’est très ouvert. D’abord avec les deux Réunionnais en embuscade, Maxime Huscenot et Jorgan Couzinet
 

Ça remet un objectif en ligne de mire,  je me prépare pour ça

Jorgan Couzinet



Ce dernier aux portes du WCT depuis deux saisons et actuel numéro 4 français, est impatient d’en découdre : " Je suis excité ! Je me vois déjà en train de matcher avec Joan (Duru), Maxime (Huscenot) et tous les autres ! Je vais évidemment devoir remettre en place les automatismes de compétition mais j'ai une bonne confiance en moi. Je surfe pas mal en ce moment avec les coaches de l'équipe de France, made in Réunion. Il y a Fred (Robin), Nico (Berthé) et Patrick (Florès) qui sont là pour nous, on a des retours vidéo et un bon feedback. "
 
Jorgan Couzinet
Jorgan Couzinet peut briguer la victoire sur cette coupe de la fédération ©FFS

Autre surfeur d’outre-mer impatient de remettre le lycra, Maxime Huscenot tient aussi à remercier la fédération pour l’organisation de cette compétition, à défaut d’avoir une vraie reprise mondiale : " On n'a pas de news sur la reprise du Tour. Cette épreuve va permettre de nous remettre dans le bain. Je n’ai pas encore switché en mode compétition, mais la préparation, les interviews, tout ça… nous permet de passer enfin à autre chose ! Et puis ça va être une belle journée de compétition avec tous les potes. J'ai toujours aimé surfer avec et contre les autres Français. Ça nous stimule et nous pousse vers le haut. Ça va nous rappeler de bons souvenirs ! "
 

Les Gwadaboys piaffent d’impatience

2e français sur le circuit WQS,  24ème mondial Gatien Delahaye et ses cheveux blonds, qui font fureur auprès des fans, a des ambitions. Il a débarqué aussi il y a quelque jours dans l'Hexagone de sa Guadeloupe avec quelques idées en tête, lui qui a pu pourtant surfer à sa guise sur son île.
 
Gatien Delahaye
Le grand blond est de retour ©FFS
Le free surf c'est top mais la compétition c'est différent. Tu abordes une compétition avec des routines. Dès le lever du jour, jusqu'au soir, c’est de l'organisation et ça me manque. Je fais de la compétition car j'adore aussi l'adrénaline que ça procure et ressentir les petites sensations qui te boostent. "

Charly Martin l’autre « guadaboy » quant à lui reconnait ne s’être jamais asserté si longtemps dans sa carrière. " J'avoue que je tournais un peu en rond ces derniers temps au Moule. Il y a moins de vagues en Guadeloupe, ça va être l'occasion de bouger un peu. De retrouver les sensations de la compétition. C'est cool ! "
 

On attend encore

Ce dimanche 5 juillet, les vagues étaient belles, mais pour des raisons sanitaires, la préfecture n’a pas autorisé la tenue de l’évènement, préférant éviter un déplacement massif du public. Une zone de compétition fermée au public, un nombre restreint de juges, des lycras désinfectés, pas d'accolades, la Fédération Française a pris toutes les précautions. Mais on est toujours dans la période d’attente, la waiting period dans le jargon des surfeurs, et la Fédération Française de Surf tient pour le moment secret le lieu de la compétition.
Que les fans se rassurent ce sera sur un spot de la Nouvelle-Aquitaine. Une grande production TV sera mise en place et va leur permettre de suivre en live sur les réseaux sociaux la journée de surf. Personne n’est oublié. Mais cette saison ne sera de toute façon pas comme les autres. On attend d'autres annonces officielles cette semaine. Affaire en suivre donc, mais compétition à voir, que nous relayerons sur notre site Outre-mer la 1ère. 


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live