publicité

L'arrêt de production des hydrocarbures va pénaliser la Guyane (PDG Vallourec)

Selon Philippe Crouzet, PDG du groupe Vallourec, spécialiste des tubes sans soudure, le projet de loi visant à mettre fin à la production d'hydrocarbures en France d'ici 2040 va pénaliser la Guyane.

Philippe Crouzet, PDG du groupe Vallourec. © ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP Philippe Crouzet, PDG du groupe Vallourec.
  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le
Le PDG du groupe Vallourec, spécialiste des tubes sans soudure, Philippe Crouzet, estime que le projet de loi visant à mettre fin à la production d'hydrocarbures en France d'ici 2040 va pénaliser la Guyane.

"Des ressources très importantes"

"Il y avait une occasion de sortir la Guyane de sa situation économique dramatique. Cette occasion, qui est probablement la seule, est fermée", a commenté Philippe Crouzet, interrogé sur la loi présentée la semaine dernière par le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot.

"Comment on traitera le problème de la Guyane sans ressources pétrolières?", s'est interrogé Philippe Crouzet, lors d'une rencontre de l'Association des journalistes économiques et financiers (AJEF). Il a fait observer que dans le Suriname voisin, "des ressources très importantes ont été découvertes".

Réforme

"C'était l'occasion de faire une exploration et une exploitation absolument nickel, au top du top, ça aurait été la vitrine de la filière française", a-t-il estimé. "On prive la Guyane de cette possibilité".

Le marché du secteur pétrole et gaz représente les deux tiers du chiffre d'affaires de Vallourec. S'agissant de la réforme du code du travail, Philippe Crouzet a jugé que "la simplification du cadre du dialogue social est très bienvenue". Mais il "regrette qu'on n'ait pas été plus loin". "On a quand même gardé une complexité inutile (...) avec le pouvoir de négociation qui reste en France, cas unique, dissocié des organismes de représentation du personnel", a-t-il déploré.

Le PDG de Vallourec a toutefois relevé que "le pouvoir de négociation peut être, au terme de la nouvelle ordonnance, confié aux représentants du personnel" dans le nouveau conseil social et économique, sous réserve de "l'accord majoritaire des syndicats".  "Qu'ils jouent le jeu!", a-t-il lancé.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play