publicité
Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Le nickel décroche après la victoire du lobby minier aux Philippines

  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le

La Bourse des métaux de Londres est secouée par l’issue du bras de fer aux Philippines. Le LME craint une augmentation de la production de nickel. Les cours du métal dégringolent lentement, mais surement. Vendredi, ils sont même passés, sous la barre des 9.000 dollars.

Regina Lopez Secrétaire d'Etat à l'Environnement et aux Ressources Naturelles (DENR) des Philippines © AFP
© AFP Regina Lopez Secrétaire d'Etat à l'Environnement et aux Ressources Naturelles (DENR) des Philippines
Le lobby du secteur minier philippin a eu raison de la ministre de l'Environnement. Regina Lopez, a été démise de ses fonctions. Elle avait entamé une politique clairement hostile à l’industrie minière des Philippines. Avec son départ, les projets de fermeture et les restrictions des conditions d’exploitation devraient être annulés. « Le LME anticipe une hausse de la production minière aux Philippines. Alors les cours du nickel baissent. Il faut attendre les prochains jours, mais clairement ce n’est pas bon. Le nickel a perdu près de 500 dollars par tonne en quelques jours » indique un analyste de la Société Générale.

Défaite

Mme Lopez avait déclaré la guerre à l’industrie minière, qu’elle accuse de corruption et d’atteintes graves à l’environnement. Elle a fait la « une » de la presse économique et financière mondiale, en raison de l’impact sur les cours du nickel et du cuivre de sa campagne visant à moraliser les pratiques environnementales du secteur minier aux Philippines.
Dans sa croisade, Mme Lopez avait commencé à fermer 28 des 40 mines philippines et d’annuler des dizaines de contrats d'exploitation. La Bourse des métaux de Londres avait anticipé et spéculé sur la baisse de l'offre en nickel des Philippines. Le pays est un grand producteur mondial de minerais. 

Politique

La Commission des nominations du Congrès, qui valide la présence de chaque membre du gouvernement, a été sensible aux arguments portant sur la défense des emplois et aux risques encourus par un million de travailleurs employés par l’industrie minière.
Le Congrès philippin a limogé la ministre de l’Environnement Regina Lopez, après dix mois passés à ce poste.
Quelques jours auparavant, la « passionaria environnementale » avait proposé d’interdire l’extraction minière du nickel à ciel ouvert dans le pays. " Si vous souhaitez être confirmé, ne vous attaquez pas aux grosses entreprises, s’est insurgée Mme Lopez dans une conférence de presse. Les parlementaires ont tort de ne pas défendre les droits de chaque Philippin, mais de défendre au contraire les grandes sociétés minières. Ce n’est pas bien. »

Minerai de nickel stocké dans une usine avant transformation en métal © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Minerai de nickel stocké dans une usine avant transformation en métal


L'environnement ou l'emploi

Au début de l’année, Regina Lopez avait contesté l’activité d'un grand exportateur de nickel du pays, Nickel Asia Corp, en annonçant la fermeture de 28 des 40 mines du pays. "C'est le droit constitutionnel de tous les Philippins que de disposer d’un environnement propre et sain. C'était un rêve et une promesse que nous avions pour le pays, et il est regrettable que les intérêts financiers aient prévalu", s’est émue l’ex-ministre. La politique minière restrictive souhaitée par madame Lopez devait encore s’appliquer à de nouvelles mines. Cette stratégie avait été vivement contestée par la Chambre des mines des Philippines qui regroupe les industriels du secteur.
La Commission des nominations du Congrès, qui valide la présence de chaque membre du gouvernement, a été sensible, de son côté, aux arguments portant sur la défense des emplois et aux risques de chômage encourus par un million de travailleurs employés par l’industrie minière.

9.000 dollars : le nickel chute

La production de nickel des Philippines devrait augmenter. Celle de l’Indonésie devrait suivre. Les contrats à terme et le prix du nickel baissent fortement à la Bourse des métaux de Londres. Et quand le cours du nickel baisse, la Nouvelle-Calédonie tousse. Le nickel était repassé, en février, au-dessus de la barre des 10.500 dollars la tonne. La City de Londres anticipait positivement la fermeture de mines aux Philippines qui devait peser sur l’offre mondiale et soutenir le nickel au LME.

Suite au limogeage de Régina Lopez, les cours du nickel se sont fortement repliés. Le métal est même passé sous le seuil symbolique des 9.000 dollars la tonne. Il perd 5 % depuis l’annonce mercredi du limogeage de la ministre de l’environnement des Philippines.

Partagez :

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play