11 mois de captivité au Mali pour Olivier Dubois

terrorisme
6188606f13ec5_olivier-dubois.jpg
Le journaliste Olivier Dubois. ©#Free Olivier Dubois
Cela fait 11 mois que le journaliste martiniquais, Olivier Dubois a été enlevé au Mali. La mobilisation pour obtenir sa libération ne faiblit pas. Un rassemblement a eu lieu hier à Paris, devant le Panthéon.

Un visage qui s'affiche sur un lieu symbolique. Celui du journaliste martiniquais Olivier Dubois projeté sur la façade du Panthéon. Le lieu choisi dit tout des intentions des soutiens d'Olivier Dubois, captif au Mali depuis 11 mois. Le Panthéon est à la fois un symbole de liberté et d'engagement en même temps que l'hommage de la France aux grandes figures de son histoire. 

olivier Dubois Panthéon
Plusieurs dizaines de personnes se sont d'ailleurs rassemblées devant le Panthéon pour exprimer leur soutien à ses proches. ©Gervais Nitcheu

Depuis le 08 avril 2021 le journaliste martiniquais est aux mains de Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, une coalition affiliée à Al Qaeda. Enlevé alors qu'il était en reportage à Gao, dans le nord du Mali. 

La mobilisation ne faiblit pas

En projetant un portrait géant d'Olivier Dubois sur la façade du Panthéon, l'association Reporters sans frontières veut rappeler la mobilisation qui ne faiblit pas pour obtenir sa libération. 

Plusieurs dizaines de personnes se sont d'ailleurs rassemblées devant le monument pour exprimer leur soutien à ses proches. Parmi les manifestants, des journalistes du quotidien Libération, des hebdomadaires Le Point et Jeune Afrique pour lequels Olivier Dubois travaillait comme correspondant en Afrique. Sa sœur aussi a fait le déplacement. Canèle Bernard est partie de Briançon, pour prendre part à ce rassemblement parisien. Comme la compagne d'Olivier Dubois, ses enfants, sa mère et toute sa famille, elle espère revoir son frère le plus vite possible. Et si le message parvient jusqu'à lui, lui dire qu'il est aimé et attendu par les siens. 

olivier dubois
Parmi les manifestants, des journalistes du quotidien Libération, des hebdomadaires Le Point et Jeune Afrique pour lequels Olivier Dubois travaillait comme correspondant en Afrique. ©Gervais Nitcheu

Preuve, s'il en était besoin de leur détermination, la sœur et la mère d'Olivier Dubois ont lancé une pétition, pour réclamer sa libération immédiate. Elle a déjà recueilli 55 000 signatures.