Chantal Berthelot propose une loi contre l'orpaillage illégal et la pêche illicite

pêche
Chantal Berthelot
Chantal Berthelot, déoputée de la 2e circonscritption de Guyane ©Cécile Baquey /FTV
La députée de Guyane a annoncé par communiqué déposer prochainement une loi pour renforcer la lutte contre la pêche illicite et l'orpaillage illégal.
Le mouvement des pêcheurs guyanais n'a laissé personne insensible. Nombreux sont les élus Guyanais qui ont soutenu leur cause. Parmi eux, la députée de la 2e circonscription de Guyane qui a saisit le problème à bras le corps et annonce déposer "prochainement" une loi "visant à améliorer le dispositif législatif en vigueur".
 
Ces dernières semaines,  le mouvement des pêcheurs qui protestaient contre la pêche illégale dans les eaux guyanaises a pris de l'ampleur jusqu'à Paris. En réponse à leurs requêtes, une fonds de relance en leur faveur de 9 millions d'euros a été créé. Pour la députée si ce fonds est primordial, l'important est d'éradiquer la pêche clandestine.
"Ce texte proposera de faciliter la destruction immédiate des navires de pêche sans pavillon en infraction dans les eaux territoriales de Guyane", écrit-elle dans un communiqué.
 

Modifier le code minier

Autre domaine visé par la proposition de loi de Chantal Berthelot, l'orpaillage illégal. La député souhaite s'attaquer au code minier et y ajouter des "infractions supplémentaires concernant le transport et l'usage de certains matériels".
En Guyane, la quantité d'or extraite illégalement est estimée à plus de cinq fois la production légale. Outre les faits divers sanglants mettant en scène des orpailleurs clandestins, les conséquences de l'orpaillage illégal – destruction de pans entiers de forêt, pollution au mercure – sont dramatiques sur la faune, la flore et les habitants de la forêt guyanaise.  
 
Une grande réforme nationale du code minier est prévue en juin. Plusieurs élus et patrons guyanais se sont déjà prononcés en faveur d'un code guyanais, tout particulièrement adapté aux spécificités de la Région.