Eric Baray remonte à la 6ème place! Damien Guillou en tête, en attendant la tempête

voile
damien guillou
©A. Courcoux/Pen Duick
Alors qu'un avis de tempête est attendu pour la fin de journée de ce mercredi sur la zone ou se trouvent les 14 bateaux de la course, c'est Damien Guillou (La solidarité mutualiste) qui est en tête. Eric Baray fait une remontée fulgurante au classement: il est désormais 6ème!
C'est un avis de "fort coup de vent à tempête" qui a été émis par Météo Consult. Le vent va commencer à forcir dés ce soir et montera crescendo jusqu'à jeudi après-midi ou il pourrait atteindre dans les rafales 55 à 60 noeuds, soit entre 100 et 110 km/h. Les 14 skippers, sur leurs petits monocoques de 10,10 mètres redoutent bien sur ce passage, d'autant que la flotte a déjà été éprouvée par un premier gros coup de vent dans la nuit de dimanche à lundi qui a entraîné quelques dégâts sur les bateaux et l'abandon de Thierry Chabagny.

Trio de tête à l'ouest

En attendant la tempête, c'est Damien Guillou (La solidarité mutualiste) qui était pointé en tête au classement de 16H00 avec quelques longueurs  d'avance sur Corentin Horeau (Bretagne-Crédit Mutuel Espoir) et le 3ème, Anthony Marchand (Bretagne-Crédit Mutuel Performance).
Sur la cartographie de la course, on voit clairement que la flotte s'est scindée en deux groupes. Pour l'heure, ce sont les quatre skippers les plus à l'ouest qui sont leaders au classement général
Joint ce matin par téléphone, Damien Guillou, le leader provisoire avouait avoir passé une nuit difficile, sans beaucoup de vent ni de sommeil. (Témoignage recueilli par la société organisatrice de la course, Pen Duick)
Damien Guillou

damien guillou


Eric Baray n'est plus dernier

Le skipper Martiniquais continue à regagner des places au classement général. Hier, il était dernier. Aujourd'hui, au classement de 16H00, il est désormais 6ème, mais il ne regagne pas de terrain sur la tête de course (il est 64 milles derrière le premier, soit près de 120 km). S'il remonte ainsi au classement, c'est parce que les différentes options météo des 14 skippers commencent à se dessiner sérieusement. 9 des 14 marins ont choisi une option plus à l'est qui leur fait pour l'instant perdre du terrain par rapport aux autres, mais qui pourrait s'avérer payante dans les heures à venir, car ils devraient pouvoir éviter le plus gros de la tempête.  
Joint ce matin par le PC course, Eric Baray (Tektôn AGM/Région Martinique) explique qu'il est désormais bien dans le rythme de la course. Témoignage recueilli par Pen Duick à la vacation de 9H00(transcription écrite dans l'encadré ci dessous) 

Vacation Eric Baray 20/3

Un Figaro dans la tempête

Le site officiel de la transat, c'est par ici
L'équipe à terre de l'un des concurrents, Yoann Richomme a twitté sur cette future tempête avec un lien vers des images spectaculaires d'un Figaro dans des vents de 40 à 50 noeuds, comme ceux que vont affronter les marins solitaires. Et encore, sur ces images, la mer n'est pas trop formée... 


Eric Baray "reprend du poil de la bête"
« Ca va mieux aujourd’hui, je suis en train d’assécher le bateau. Je me suis bien reposé et je vais manger. J‘essaie de rattraper mes petits camarades. Le bateau Tektôn AGM – Région Martinique reprend du poil de la bête. Je sais que dans peu de temps, on va retourner au charbon. J’ai tracé une route bizarre au départ, mais j’ai préféré longer les côtes car j’étais cassé. Après la grosse cartouche de démarrage, il me fallait beaucoup de repos et je fais sécher les vêtements, car je n’ai pas eu la bonne veste dès le départ. J’ai tracé un ligne cap Finisterre - Madère, coté ouest de cette ligne ça envoie, et côté est on a 25-30 nœuds, c’est navigable. Je pense que les autres doivent être dans la même synergie. Il y a un peu d’eau dans le bateau, j’assèche l’avant, derrière c’est bon. Je me prépare à manger copieux pour « vitaminer » le bonhomme. »
Les Outre-mer en continu
Accéder au live