Tweet raciste: la Fondation du mémorial de la traite des Noirs porte plainte contre le député Vialatte

justice
Karfa Diallo
Karfa Diallo, président de La Fondation du mémorial de la traite des Noirs de bordeaux ©PATRICK BERNARD / AFP
La Fondation du mémorial de la Traite des Noirs a annoncé son intention de porter plainte contre le député UMP Jean-Sébastien Vialatte. Ce dernier avait accusé sur Twitter les descendants d'esclaves d'être à l'origine des débordements de ce lundi au Trocadéro.
Ces 114 caractères pourraient lui coûter cher. En quelques heures, le député UMP du Var Jean-Sébastien Viallate s'est acquis une petite renommée après avoir publié un tweet polémique lundi soir.
Alors que la place du Trocadéro à Paris étaient en proie à des violents débordements de la part de supporter ultra du Paris Saint Germain, le député avait posté ces quelques lignes sur le site de micro-blogging.
 
"Les casseurs sont sûrement des descendants d'esclaves ils ont des excuses, Taubira va leur donner une compensation"

 
vialatte

 

"Une ligne rouge inacceptable"

Devant le tollé, le député maire de Six Fours les Plages a préféré supprimer son tweet et a déclaré le lendemain regretter un "amalgame stupide". La Fondation du mémorial de la traite des Noirs, située à Bordeaux, n'entend pas en rester là. Une plainte va être déposée dès cet après-midi auprès du procureur de Draguignan, annonce son président Karfa Diallo. "Le député Vialatte a franchit une ligne rouge inacceptable pour un représentant du peuple français et pour l'image de la nation", a précisé la fondation dans un communiqué.
"Il ne s'est pas excusé, et même s'il l'avait fait, on ne peut pas se permettre de tenir impunément des propos aussi insultants envers des millions de français et d'étrangers", ajoute Karfa Diallo, joint par téléphone.
 
La plainte déposée pour fausse accusation, diffamation et incitation à l a haine raciale sera assortie d'un courrier adressé, entre autres, à la Garde des Sceaux Christiane Taubira, au président de l'UMP et au président de l'Assemblée nationale.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live