Obésité, alcoolisme, tabagisme, les maux de la Polynésie

santé
Papeete
La Direction de la santé a mené son étude auprès d'un échantillon représentatif de 3 649 polynésiens. ©AFP PHOTO / GREGORY BOISSY
L'institut de veille sanitaire a publié en août les résultats d'une étude menée en 2010 en Polynésie. Le résultat est alarmant : l'obésité et le tabagisme sont en hausse, comme les pratiques à risques liées à l'alcool. 
En l'espace de 15 ans, l'obésité et le tabagisme ont gagné du terrain en Polynésie. C'est le résultat indubitable d'une large enquête menée par la Direction de la santé de Tahiti, auprès de 3.469 personnes réparties sur les différents archipels, et publiée dans le bulletin épidémiologique de l'Institut de veille sanitaire ce mois d'août

En 2010, le taux d'obésité s'élève en effet à 40,4% de la Polynésie, un chiffre largement supérieur à celui de la moyenne nationale française qui est de 17%. Même si ce chiffre est stable, il demeure particulièrement inquiétant pour les auteurs de l'étude. "Les prévalences de l’obésité et du surpoids sont stables depuis 1995, bien que demeurant élevées pour les deux sexes . Avec 40% de sa population atteinte d’obésité, la Polynésie se situe en dessous de la moyenne régionale (Vanuatu : 18,8% ; Nauru : 58,1% ; Îles Cook : 61,4% ; Samoa américaines : 74,6% d’obèses), mais cependant bien au-dessus des 17% d’obèses relevés en France métropolitaine", écrivent ainsi les chercheurs. Au total, la part de la population en surpoids, soit un indice de masse corporelle supérieur à 25, s'établit à 69,9%. Moins d'une personne sur trois a donc un poids normal en Polynésie. 
Infographics

 

41% de fumeurs réguliers

Le tabagisme est lui en hausse. De 36,2% de fumeurs réguliers en 1995, le taux a augmenté à 41% parmi l'ensemble de la population polynésienne. Chez les femmes, la prévalence du tabagisme est encore plus forte, avec 43,6% de fumeuses en 2010. Pour la Direction de la santé, "cette situation est d’autant plus inquiétante qu’une étude réalisée en 2009 montre que les jeunes fument de plus en plus tôt."

Le fléau de l'alcool

Le niveau de consommation d'alcool en Polynésie se situe à un niveau moyen par rapport au reste du monde, mais il se distingue par "son caractère toxicomaniaque". Il s'agit en effet de phénomènes d'alcoolisation massive. Lorsqu'ils boivent, les Polynésiens ne le font pas avec modération en consommant en moyenne 10,8 verres. Une consommation de 20 à 30 verres est même qualifiée de "normale" par les populations interrogées, tandis qu'un abus d'alcool est défini par la consommation d'une caisse de bière (24 canettes de 33 cl) ! 

Dans ce cadre, un programme polynésien de lutte contre l'alcool et la toximanie a été élaboré en 2009. 

 

Les coûts de santé risquent d'exploser

Près de 45% des Polynésiens présentent un risque majoré de développer un jour ce que l'Organisation mondial de la santé (OMS) nomme des Maladies non transmissibles, tels le diabète ou les maladies cardiovasculaires. 

De plus, sur le plan économique l’impact sur les coûts de santé prévisibles sera considérable pour la prise en charge de ces personnes. 

 

 






Les Outre-mer en continu
Accéder au live