Jacques Vergès ? "Un provocateur" pour les uns, "un modèle" pour les autres

disparition
Vergès
Jacques Vergès en 1987 devant la Cour de justice de Lyon lors du procès de Klaus Barbie. ©Archives AFP
Les réactions après l'annonce du décès de Jacques Vergès sont, à l'image de la réputation controversée de l'avocat réunionnais, très diverses dans le ton. 
La décision de nombreux hommes et femmes politiques ou personnalités qui ont préféré ne pas se prononcer sur Jacques Vergès, l'avocat d'origine réunionnaise, après l'annonce de son décès jeudi soir en dit paradoxalement beaucoup sur un homme au parcours très controversé.

Pour Me Alain Jakubowicz, président de la Licra, "il n'a jamais été un modèle d'avocat, au contraire", a t-il déclaré vendredi matin à l'Agence France-Presse. "Je ne suis pas surpris des propos laudateurs à son sujet, mais je pense que s'il pouvait lire et entendre ce qu'on dit sur lui aujourd'hui, il nous ferait à tous un immense bras d'honneur", a t-il ajouté. 

Dans la profession, plusieurs avocats reconnus rendent en effet hommage à Jacques Vergès. Georges Kiejman, qui a défendu dernièrement Lilianne Bettencourt et Jacques Chirac, salue la personnalité "complexe" et "courageuse" de son collègue. Il préfère retenir de Jacques Vergès "la force de sa jeunesse pour le combat de l'indépendance de l'Algérie ou pour la cause de certains peuples opprimés dans le monde" plutôt que "la défense de tyrans ces vingt dernières années".

Sur Twitter, le magistrat Philippe Bilger déplore "cette disparition qui laissera un grand vide dans le barreau intelligent".

Pour le réalisateur Barbet Schroeder, qui a réalisé le documentaire "L'Avocat de la terreur" en 2007, "Jacques Vergès est un homme fuyant", déclare t-il dans les colonnes du New York Times. "Vous ne pouviez jamais le toucher. Il aime le mystère. La raison à cela est qu'il y a certaines choses dont il ne peut pas parler", poursuit Barbet Schroeder. 

A La Réunion, le député-maire de Saint-Leu Thierry Robert a publié un communiqué après la mort de l'avocat réunionnais. "Tous, nous reconnaissons le grand avocat et l’écrivain qui, tout au long de sa vie, a eu pour conviction que chaque personne, quel que soit la faute commise, devait avoir droit à un procès juste et équitable. Aujourd’hui, je tiens plus particulièrement à rendre hommage à la mémoire d’un Réunionnais, qui n’a jamais oublié ses racines, et qui a su utiliser ses richesses culturelles multiples pour se construire et rayonner à travers le monde."

Non sans sarcasme, la femme politique écologiste et avocate Corinne Lepage rappelle que "Vergès fut un provocateur de talent qui choisit les criminels les plus odieux. Mais un grand avocat gagne ses causes et change le droit."




Le Parti communiste de La Réunion rend hommage à Jacques Vergès
Le Parti communiste réunionnais, fondé par Paul Vergès, jumeau de Jacques, a rendu vendredi un hommage fort à l'avocat décédé la veille, assurant qu'il
s'est voué sans relâche à "la défense de la dignité". Sollicité par l'AFP, le sénateur de La  Réunion  n'a pas souhaité faire de déclaration après la mort de son frère à Paris.

Mais le parti qu'il a créé en 1959 a rendu public un communiqué admiratif pour l'itinéraire du très controversé ténor du barreau : "Rares sont les vies
humaines qui, dès le plus jeune âge et jusqu'au bout, ont été ainsi consacrées, sans jamais dévier, à la défense de la dignité et des droits humains que cette cause soit juste ou qu'elle apparaisse indéfendable de prime abord"
, écrit le PCR. "Dans les pays dont les peuples étaient privés de leur souveraineté et où le colonisateur présentait les patriotes comme des rebelles ennemis de la liberté, Jacques Vergès - qui s'était engagé dès 17 ans dans les Forces françaises libres pour combattre le nazisme - a toujours pris le parti des résistants sans jamais céder aux menaces et aux attentats", ajoute le texte. "Sa contestation de l'ordre injuste l'a conduit à inventer et mettre en oeuvre le concept de défense de rupture. Refuser la loi du plus fort et démontrer
qu'elle n'est en fait qu'une injustice à combattre sans merci. Refuser la bienpensance". "Acteur éminent des luttes anti-coloniales, c'est de son vivant que Jacques Vergès est entré dans l'histoire de la deuxième moitié du XXe siècle", assure encore le PCR à propos de celui qui fut "un grand Réunionnais".

Paul Vergès est une des principales figures politiques de l'île dont il a présidé le conseil régional et dont il a été député. eurodéputé, sénateur, mandat qu'il détient encore aujourd'hui à 88 ans ce qui en fait le doyen de la Haute assemblée.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live