publicité

Un immense sanctuaire marin à Palau dans le Pacifique?

Le petit archipel veut bannir la pêche commerciale dans ses eaux. Palau veut faire le pari de la biodiversité et créer une réserve marine vaste comme la France.

GUNTHER DEICHMANN / ONLY WORLD / ONLY FRANCE
GUNTHER DEICHMANN / ONLY WORLD / ONLY FRANCE
  • Par David Ponchelet
  • Publié le , mis à jour le
©

Palau (ou Palaos) est un petit archipel situé dans l’Océan Pacifique au large de l’Indonésie, les Philippines et la Papouasie Nouvelle Guinée.
Cet Etat de 20 000 habitants vit du tourisme, de la pêche, et de l’agriculture.
En annonçant cette volonté de interdire la pêche commerciale, Palau fait clairement le choix de la préservation des espèces. 
Ce documentaire réalisé par Journemey Pictures nous plonge dans cet archipel paradisiaque.
Paradise in Palau par Journeyman Pictures

Son président, Tommy Remengesau entend faire «  un espace si bien protégé qu’il fera de Palau le plus grand sanctuaire marin au monde » ainsi «  Palau ne sera plus simplement un sanctuaire pour les requins mais un sanctuaire marin protégeant toute la vie marine à l’intérieur de la zone économique exclusive (ZEE) », a-t-il ajouté lors de son allocution de la semaine dernière.
 

Privilégier l’écotourisme

Le gouvernement estime que les bateaux étrangers qui pêchent autour des 300 îles de l’archipel nuisent plus aux habitants que cela ne leur rapportent.
Même si le pays tire chaque année près de 5 millions de dollars de revenus de l’activité des bateaux de pêche étrangers dont 4 millions proviennent de la pêche au thon pratiquée par les Japonais et les Taïwanais, les revenus du tourisme rapporteraient bien plus si une interdiction était mise en place.
Et cette interdiction permettrait d’économiser un coût écologique supporté uniquement par les habitants.
 

Le pari de la biodiversité

«Une zone d’exclusion de la pêche commerciale dans la ZEE signifierait que seules seraient autorisées la pêche de subsistance pour les habitants de Palau et la pêche sportive touristique qui prévoit le rejet des poissons vivants» à la mer, a souligné le président Remengesau.
Le manque à gagner serait couvert par une hausse du nombre de touristes étrangers attirés par la biodiversité marine de l’archipel.
Rappelons que déjà en 2009, Palau, avait créé le premier sanctuaire mondial des requins.
Leur pêche est interdite dans toute sa ZEE, qui représente 630 000 km2
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play