outre-mer
territoire

Thierry Dol et les trois autres otages du Niger sont libres (actualisation au fil des infos)

éducation
Thierry Dol
Une des dernières images de Thierry Dol, entouré de ses geoliers ©Martinique 1ère
François Hollande vient d'annoncer la libération du Martiniquais Thierry Dol et de ses trois compagnons d'infortune enlevés au Niger en 2010. Ils ont passé 1139 jours de détention.


20H00: la joie de la maman de Thierry Dol (sur France Ô)

"Je suis dans la joie, merci Seigneur. Je ne m'y attendais pas aujourd'hui, et puis c'est arrivé, tranquillement. Merci mon Dieu."


19H30 - A suivre sur la1ere.fr

Nous diffuserons dans quelques instants en direct le journal télé de France Ô puis ensuite le JT de 20 heures de France 2

19H25 - Déclaration de Laurent Fabius, depuis Niamey

"On vient d'accueillir les otages. Ils sont en bonne forme, je tiens à rassurer les familles. On les a accueilli, ils ont pu manger, prendre une douche. Une bonne nuit par là dessus, et demain, en fin de matinée, nous arriverons à Paris avec eux". 


18H54 - Edition spéciale de Martinique 1ère Radio

Ecoutez ici l'édition spéciale que réalise actuellement Martinique 1ère radio

18H45 - Réaction de Maurice Antiste, maire du François (Martinique), d'ou Thierry Dol est originaire

"Je sentais bien que quelque chose se passait. Nous sommes contents et nous prenons déjà des dispositions pour l'accueil. Les cloches de la ville sonnent à toute volée. Dans les rues de la ville, les automobilistes klaxonnent. C'est une immense joie. Thierry Dol n'est plus franciscain, c'est un Martiniquais, il appartient à toutes les familles! Les parents de Thierry ont souffert, mais ils ont toujours affiché une force tranquille, et ils n'ont jamais cessé d'y croire. Lorsqu'ils ont appris la libération, les parents de Thierry étaient dans la joie, émus aux larmes."
 

18H25 - Première réaction de Kant Lebeau, président du comité de soutien à Thierry Dol

"C'est un grand soulagement, un Grand bonheur. Je pense à Marie-Jo Dol, à toute la famille. On était tous mobilisés. On nous l'a dit, mais on veut les voir. Tant qu'on ne les touchera pas, on n'y croira pas".

18h15 Regardez la déclaration intégrale de François Hollande:
 

##fr3r_https_disabled##

 

17H59 - Le président français François Hollande a annoncé en fin de journée ce mardi  à Bratislava (Slovaquie) la libération des quatre otages français travaillant pour Areva enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit au Niger.

Les otages sont dans une santé "correcte" a précisé ensuite le chef de l'Etat. Thierry Dol et ses trois compagnons d'infortune seraient encore à Niamey au Niger. Les ministres Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Jean-Yves Le Drian (Défense) "sont partis pour Niamey", a ajouté François  Hollande. Les quatre Français avaient été enlevés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
Le président français François Hollande a annoncé en fin de journée ce mardi  à Bratislava (Slovaquie) la libération des quatre otages français travaillant pour Areva enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit au Niger.
Les otages sont dans une santé "correcte" a précisé ensuite le chef de l'Etat. Thierry Dol et ses trois compagnons d'infortune seraient encore à Niamey au Niger. Les ministres Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Jean-Yves Le Drian (Défense) "sont partis pour Niamey", a ajouté François  Hollande. Les quatre Français avaient été enlevés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

 

16 septembre 2010 - 29 octobre 2013
Le 16 septembre 2010, sept personnes - cinq Français dont une femme, un Togolais et un Malgache - avaient été enlevées à Arlit, site d'extraction d'uranium dans le nord du Niger. Le 24 février 2011, la Française, Françoise Larribe, épouse de Daniel, ainsi que le Togolais et le Malgache, avaient été libérés "en territoire nigérien" (source sécuritaire à Niamey).
Le 21 mars de la même année, Aqmi avait réclamé "au moins 90 millions d'euros" pour la libération des quatre Français toujours otages, demande rejetée par la France.
Au fil des mois, quelques rares preuves de vie, des vidéos montrant les otages, étaient parvenues aux autorités françaises. 
Publicité