publicité

Selon son frère, Francis Collomp avait préparé son évasion rocambolesque

L'ex-otage a raconté à son frère, présent ce matin pour l'accueillir à l'aéroport de Villacoublay, les conditions assez étonnantes de son évasion. Récit.

© GEORGE EMMANUEL / AFP TV / AFP
© GEORGE EMMANUEL / AFP TV / AFP
  • La1ere.fr avec AFP
  • Publié le
Selon ses proches et les diplomates qui l'ont accompagné dans le vol du retour vers la France, Francis Collomp est "affaibli", il a perdu 30 kilos pendant les onze mois de sa détention, mais "il garde un mental très solide grâce aux exercices intellectuels et physiques", qu'il s'est imposé à lui même pendant sa captivité. 

"leur fausser compagnie"

Denis Collomp, le frère de l'ex-otage raconte que dés son rapt, "il avait tout de suite dans la tête l'idée de leur fausser compagnie". L'otage a d'abord cherché à s'entretenir physiquement. Chaque jour il marchait en rond dans sa cellule "10 à 15 kilomètres quotidiennement". En arrière-pensée, l'idée d'être capable de "partir en courant" le moment venu...

"Au moment de la prière"

Dans le même temps, il a "préparé le terrain en affaiblissant le fil de fer qui verrouillait sa cellule". Samedi dernier, "il a profité du moment ou ses ravisseurs effectuaient leurs ablutions avant la prière pour s'éclipser". Il aurait même pris soin "d'enfermer ses geôliers dans  leur propre geôle avant de partir pour gagner du temps".

Une moto-taxi

Ensuite, il aurait "marché d'un pas alerte pendant 4 ou 5 kilomètres avant de trouver une moto-taxi qui l'a emmené au commissariat de Zaria". C'est là qu'il s'est présenté en expliquant qui il était et réclamant la protection de l'ambassade de France. 

Une version qui diffère

Dans ce récit du frère de l'ex-otage, il n'est donc plus question d'une évasion à la faveur d'une intervention de l'armée du Nigéria, comme cela avait été raconté dimanche. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play