outre-mer
territoire

A Dieppe le sombre avenir de l'Ifcass, un institut de formation pour les élèves des Outre-mer

éducation
IFCASS
©France 3 Haute Normandie
L'institut de formation normand, qui accueille une grande majorité d'élèves ultramarins, est menacé de fermeture. Le ministère des Affaires sociales se désengage progressivement, le privant de subventions.
C'est un organisme peu connu du grand public. Il existe pourtant depuis 1959.  L'institut de formation aux carrières administratives sanitaires et sociales de Dieppes (76) accueille chaque année 300 élèves, dont les deux tiers sont originaires des Outre-mer.
Sa mission: préparer aux concours d'entrée dans les écoles du paramédical et du social et aux concours administratifs. C'est ici qu'atterrissent nombre d'Ultramarins, désireux de se former aux concours d'infirmiers, d'aide soignant, d'éducateur spécialisé ou encore d'assistante sociale.
 

Les fonds seront épuisés en juin 2014

 
Mais ce centre de formation est aujourd'hui  menacé.  En 2010, le ministère des Affaires sociales, dont il dépend, supprime la moitié de sa subvention annuelle. Soit 800 000 euros sur les 1,6 millions d'euros perçus jusque là.
Depuis l'institut continue de tourner avec ses propres économies.  "L'Etat nous laisse tomber et ne nous propose rien en échange, déplore Anne Letaintutrier, membre de l'intersyndicale de l'Ifcass. On a nous a demandé d'augmenter nos recettes, ce que nous avons fait, en développant des formations. Mais nous ne sommes pas, et ne serons jamais auto-suffisants!"
 
Au 31 décembre 2013, le ministère se retirera du groupement d'intérêt public qui gère l'institut. Quant aux  fonds de roulement, ils seront épuisés en juin 2014.
 

Victorin Lurel reste silencieux

 
Le personnel de l'établissement et les élèves refusent de baisser les bras. "Nous nous mobilisons sur les réseaux sociaux. Nous demandons notamment un transfert de moyens et de compétences à la région Haute-Normandie. On envisage même un recours devant le tribunal administratif", poursuit Anne Letainturier.
Côté politique, le soutien est relatif. La députée socialiste de la Seine-Maritime Sandrine Hurel s'est emparée du dossier. Les parlementaires d'Outre-mer eux ne sont pas exprimés. A l'instar du ministre des Outre-mer. "En 2010 nous avions alerté Victorin Lurel . Il était dans l'opposition et nous avait apporté son soutien. Maintenant qu'il est ministre, on ne l'entend plus", souligne Anne Letainturier
 
Ce jeudi, une opération escargot est prévue à Dieppe. Une réunion interministérielle doit avoir lieu le même jour, en attendant le conseil d'administration du 11 décembre au cours duquel le budget 2014 sera voté.
Et si aucune issue n'est trouvée, le personnel et les élèves ont également prévu  de venir à Paris pour un sit-in devant le ministère des Affaires sociales, le 17 décembre.

Voir le reportage vidéo des équipes de France 3 Normandie
##fr3r_https_disabled##

 

Publicité