outre-mer
territoire

Le patron de la FEDOM condamne le blocage des carburants

social
jean-pierre philibert, fedom
Jean-Pierre Philibert, le président de la Fedom, au Salon international du tourisme IFTM Top Resa à Paris, le 26 septembre 2013 ©philippe triay/france télévisions
Le président de la Fédération des entreprises d'Outre-mer (Fedom), Jean-Pierre Philibert, a vivement condamné vendredi le blocage des carburants dans les DOM organisé par les gérants des stations-service, qualifiant ce mode d'action de "politique du pire". 
"Cela me scandalise ce blocage, mais j'en appelle au dialogue car on ne sortira de cette crise que par un vrai dialogue, où tout le monde doit aller sans idée préconçue et sans envie de blouser l'autre", a déclaré à l'AFP M. Philibert, qui se dit "en colère".
 
"On a des économies fragiles, qu'on arrête ! Je rappelle à nos amis gérants qu'on ne peut pas prendre une économie en otage", a-t-il affirmé, estimant que "le blocage, c'est la politique du pire".
 
"On ne peut pas avoir, pendant des années, condamné les modes d'expression radicaux des organisations de salariés qui bloquaient les hôtels, le port, des aéroports pour ne pas condamner de la même façon le blocage des stations-service", a souligné le porte-parole du patronat ultramarin.
 
L'intersyndicale des gérants, après avoir claqué la porte des négociations avec le gouvernement mardi, ont appelé à la "fermeture illimitée" de leurs entreprises pour peser sur le mode de régulation des marges des pétroliers que le gouvernement veut publier.
Publicité