Grève des carburants : les arrêtés de méthode seront publiés en début de semaine

carburants
Pompes à essence
©CL
Victorin Lurel l'a annoncé cette nuit à son arrivée en Guadeloupe. Les préfets des DOM sont chargés de recevoir les gérants et les pétroliers pour leur présenter le contenu des arrêtés. Ces arrêtés sont à l'origine de la grève des gérants qui a débuté jeudi matin.
Vendredi matin, Victorin Lurel était quasiment muet à propos de la grève des carburants, se contentant d'indiquer : "on travaille, le dialogue n'est pas rompu". Cette nuit, à son arrivée en Guadeloupe, le ministre des Outre-mer a retrouvé la parole pour indiquer à nos confrères de France-Antilles que les fameux arrêtés de méthode, à l'origine de la colère des pétroliers et des gérants des stations service, seront bien publiés en début de semaine prochaine. "Le gouvernement ne peut accepter le report du décret (...) Nous avons tenu compte de remarques ultimes des uns et des autres". selon nos informations, les arrêtés de méthode seront signés lundi et publiés mardi ou mercredi.


Les préfets entrent en jeu

Ce sont maintenant les préfets des différentes régions des Outre-mer qui doivent recevoir, ce samedi, les gérants des stations-service pour leur présenter le contenu des arrêtés de méthode. C'est déjà le cas, compte tenu du décalage horaire, à La Réunion, où Jean-Luc Marx a reçu les acteurs de la filière. Les discussions ont duré cinq heures et elles ont finalement été interrompues pour reprendre dimanche matin. Certains points resteraient à discuter, selon les informations recueillies à la sortie des gérants et des pétroliers.

Les stations-service vont-elles ouvrir à nouveau ?

En attendant la reprise des discussions ce dimanche à 9h, heure locale, les stations-service restent fermées, mais à en croire les différents acteurs du dossier à La Réunion, il semble que le dénouement est proche. Un représentant des pétroliers, interrogé par Réunion 1ère, s'est déclaré "confiant". Gérard Lebon, au nom des gérants de stations service, a estimé que si les pétroliers étaient optimistes, les gérants l'étaient donc également. Enfin, Jean-Luc Marx, le préfet de La Réunion s'est lui aussi montré plutôt confiant. Le contenu des arrêtés de méthode présentés par les préfets aux acteurs de la filière est bien sur au coeur des discussions, mais les différents acteurs ont refusé de rentrer dans le détail de la négociation.


Que contiennent les arrêtés de méthode ?

Victorin Lurel l'a affirmé en Guadeloupe : "Nous avons tenu compte des remarques ultimes des uns et des autres", autrement dit des remarques écrites des gérants de stations service et des pétroliers.  Le contenu de ces arrêtés de méthode n'est pas connu pour l'heure, mais il n'est pas impossible que le gouvernement ait lâché du lest concernant la marge des pétroliers, fixée, dans les arrêtés de méthode initiaux, à 9%. Elle était jusqu'à présent beaucoup plus élevée, jusqu'à plus de 20% pour Total à Mayotte en 2012


Que s'est-il passé en coulisses ?

De source gouvernementale, malgré l'annonce de la grève mardi dernier, on explique que le dialogue ne s'est effectivement jamais arrêté. Les discussions ont eu lieu au plus haut-niveau du côté des pétroliers. Les pétroliers, notamment Total et son bouillant PDG Christophe de Margerie, auraient finalement pris acte de la volonté du gouvernement de réformer le décret carburant dans les DOM. Sans doute contre un "petit" geste concernant la préservation de leur marge...