outre-mer
territoire

Kassav à l'hôpital Saint-Antoine : zouk-la sé sel médikanman nou ni !

santé
Kassav
Kassav, concert à l'hôpital Saint-Antoine le 19 mars 2014 ©Cécile Baquey
Le groupe Kassav s'est produit ce mercredi à l'hôpital Saint-Antoine à Paris. Le groupe antillais a chanté ses tubes les plus connus pour un public très enthousiaste composé de patients et du personnel hospitalier.  
Jocelyne Béroard
Jocelyne Béroard ©Cécile Baquey
Elle a trouvé ça un peu court, Jocelyne Béroard (en photo). "Une demi-heure pour nous, c'est un peu frustrant. D'habitude on fait des concerts de 4 heures, mais là c'était un tel bonheur que j'avais envie de continuer", souligne la chanteuse de Kassav. "Les patients ont très vite adhéré, on les a vu heureux, frapper dans les mains. On était dans le partage. Nous avons souvent chanté au moment de Noël en Martinique dans des prisons ou des hôpitaux. Alors quand on nous a demandés de faire ce concert ici, à l'hôpital Saint-Antoine, on a tout de suite dit oui".


Kassav prêt pour un nouveau concert à l'hôpital


Guy Randon
©Cécile Baquey
C'est l'association "Les voilà!" qui a eu l'idée de ce concert à la policlinique Baudelaire de Saint-Antoine. Guy Randon (en photo), l'un des co-fondateurs explique que "beaucoup de choses sont faites pour les enfants à l'hôpital, mais peu pour les adultes. Nous sommes producteurs de musique depuis 25 ans et nous avions envie de nous lancer dans cette aventure. En plus, ici beaucoup d'Antillais travaillent dans le milieu hospitalier. Nous savions qu'en amenant Kassav, cela les rendrait heureux." Kassav a d'ailleurs déjà donné son accord pour un prochain concert  et "Les voilà" prévoient de faire venir Gérald de Palmas dans un hôpital de Lyon et Yannick Noah à Marseille.  

Patients en chaises roulantes et aides-soignantes


Coura Taquet
©Cécile Baquey
A l'hôpital Saint-Antoine, ce mercredi, le hall de la policlinique Baudelaire est rempli. Entre les patients en chaises roulantes postés juste en face de la scène et le personnel hospitalier, debout qui frappe dans les mains tout en dansant, on oublierait presque que la souffrance et la douleur font partie de cet univers. Pour Rose Lebrun, aide-soignante en rhumatologie à Saint-Antoine, "c'est un plaisir de voir Kassav ici. Ce n'est pas rose tous les jours et ça nous fait du bien". A deux pas de là, Coura Taquet (en photo), qui souffre de polyarthrite rhumatoïde a apprécié le concert. Elle n'a pas arrêté de danser. "J'adore Kassav, je les ai vu cinq fois en concert mais ici à l'hôpital, c'était trop bien." Regardez cette vidéo du concert !



Véronique Vasseur : "le zouk c'est vraiment un bon médicament !"


Véronique Vasseur
©CB
C'est Véronique Vasseur (en photo), directrice de la policlinique Baudelaire qui a donné son accord à ce concert de Kassav. La tante de Mathilde et Emmanuelle Seigner, médecin connue pour son "coup de gueule" en 2000 contre les conditions de vie à la prison de la santé, a été très émue par ce concert. "J'avais envie de pleurer en voyant ces gens heureux, en fauteuils roulants, chanter et applaudir", a-t-elle confié. "Le zouk, c'est vraiment un bon médicament. Je sais que certains responsables ici à Paris n'aiment pas trop ce genre d'initiatives mais je les emmerde !", conclue-t-elle sans sourciller.  



Jocelyne Béroard
6
©Cécile Baquey
Public de Kassav à Saint-Antoine
©Cécile Baquey
Coura Taquet
©CB
Public de l'hôpital au concert de Kassav
©CB
Jacob Desvarieux
©CB
Concert de Kassav à l'hôpital
©CB










Publicité