Premiers pas au gouvernement pour Annick Girardin

politique
Annick Girardin
Annick Girardin (à droite) aux cotés de Valérie Fourneyron, secrétaire d'Etat à la Famille. Derrière se trouvent Harlem Désir, secrétaire d'Etat aux Affaires Europééennes et Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux Sports ©la1ere.fr
Les nouveaux secrétaires d'état du gouvernement ont été reçus ce jeudi à Matignon. Parmi eux, la Saint-Pierraise Annick Giradin, secrétaire d'Etat au développement et à la francophonie.
C'était une première pour la majorité es quatorze secrétaires d'Etat qui ont rejoint le gouvernement Valls. Recu ce jeudi à Matignon ils se sont entretenus avec le Premier ministre pendant une trentaine de minutes. DU contenu de cette réunion, rien n'a filtré ou presque.
A l'issue de leur rendez-vous, tous ont pris soin d'éviter les nombreux journalistes présents pour l'occasion et qui patientaient sagement devant le perron. Seule Annick Girardin, jusqu'alors députée de Saint-Pierre et Miquelon et désormais secrétaire d'Etat au développement et à la francophonie a pris quelques secondes – moins d'une dizaine -  pour répondre évasivement.
 

Nous allons maintenant nous mettre au travail

 





"C'était une première rencontre avec  le Premier ministre qui a cadré notre action et notamment sur la dynamique de groupe et la cohérence. Nous allons  maintenant nous mettre au travail"
 
Harlem Désir sous le feu des critiques
Avant le début de la réunion, certains secrétaires d'Etat se faisaient plus diserts, notamment Harlem Désir. Devenu secrétaire d'état aux affaires européennes malgré un bilan très contesté à la tête du Parti socialiste, sa nomination fait l'objet d'une polémique. La presse évoque une exfiltration quand l'opposition dénonce un recyclage de mauvais augure pour l'Europe.
 
Le martiniquais (et guyanais!) d'origine a assuré prendre en compte les très nombreuses critiques qui émaillent sa nomination.

J'entend les critiques! Certaines peuvent être justifiées

 




"Bien sûr, je les entend! Certaines peuvent être justifiées, d'autres à mon avis ne le sont pas et sont exagérées, a-t-il répondu. Mais  dans la fonction qui est la mienne aujourd'hui je n'utiliserai mon énergie qu'à défendre le projet européen, l'amitié franco-allemande, l'avancée d'une Europe de la croissance et de l'emploi."

 Départ en minibus 
A l'issue de ce premier rendez-vous avec le chef du gouvernement, les secrétaires d'Etat ont grimpé dans un minibus stationné dans la cour de Matignon pour se rendre au Sénat,  questions d'actu obligent.
Manuel Valls, lui est monté dans sa voiture avec chauffeur...