outre-mer
territoire

Festival de Cannes : "FLA" du réalisateur haïtien Djinn Carrénard ouvre la Semaine de la Critique

cinéma
djinn carrenard
Le réalisateur haïtien Djinn Carrénard a ouvert jeudi 15 mai la Semaine de la critique à Cannes ©DR
Le film « FLA » (pour « Faire : l’amour ») du jeune cinéaste haïtien Djinn Carrénard a ouvert jeudi la Semaine de la Critique au Festival de Cannes. Un gage certain de reconnaissance mais un accueil mitigé de la presse. 
Parallèlement à la sélection officielle du festival, la Semaine de la Critique de Cannes est dédiée à la découverte de nouveaux talents et à l’exploration de nouveaux modes créatifs. Et faire l’ouverture de la Semaine, c’est déjà un gage de reconnaissance. En ce sens, « FLA » (pour « Faire : l’amour ») du réalisateur d’origine haïtienne Djinn Carrénard a déjà gagné son pari.
 
« FLA » est le deuxième long-métrage du cinéaste originaire de Port-au-Prince, âgé de 33 ans, qui avait obtenu en 2011 le très convoité Prix Louis-Delluc pour son film « Donoma », tourné avec un budget dérisoire et avec des acteurs bénévoles. Cette fois-ci, Djinn Carrénard a bénéficié d’un budget de 1,8 million d’euros. Son film, réalisé pour sa majeure partie à Perpignan dans le Sud de la France, est une comédie dramatique. Durée : 2h48.
 

VIDEO. Extrait du film « FLA », de Djinn Carrénard


L’histoire est centrée autour de trois personnages : Laure, une hôtesse de l’air qui désire un enfant après une fausse couche, son compagnon Oussmane, musicien en quête de reconnaissance, et Kahina, la soeur de Laure, détenue en permission dont le fils a été placé en famille d’accueil. Dans une atmosphère intimiste et parfois violente, le trio va s’initier à sa manière à la (dé)construction de l’amour.
 
« FLA », projeté jeudi à Cannes, a reçu un accueil mitigé de la part des critiques. Certains reprochent à ce film ses longueurs et ses répétitions, sinon sa prétention et son amateurisme. D’autres y ont vu une esthétique nouvelle, de l’énergie et un scénario audacieux, témoignage du « cinéma de guérilla » dont se revendique Djinn Carrénard. « FLA » sortira en salles le 3 septembre. 

FLA
©DR

 

Publicité