publicité

Européennes : 19 listes outre-mer dont 11 quasi inconnues

Les élections européennes ne semblent pas passionner les électeurs Outre-mer. En pourtant, les listes présentes sont pléthoriques : 19 Outre-mer dont 11 quasiment inconnues. Eclairage sur ces 11 listes qui vont des écologistes, aux féministes, aux fédéralistes en passant par les souverainistes.

© OLIVIER MORIN / AFP
© OLIVIER MORIN / AFP
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le
1-Alliance écologiste indépendante
L'Alliance écologiste indépendante est un mouvement qui s'inscrit au-delà du clivage gauche-droite. Contre le nucléaire, contre la corrida, cette alliance dresse un constat assez sombre de la situation actuelle : "les innombrables problèmes d’aujourd’hui en matière de santé, les déficits, les impôts et taxes sans cesse croissants, le chômage omniprésent, l’insécurité grandissante, les dramatiques pollutions (...), les phénomènes climatiques extrêmes, toutes ces désespérances ont des causes claires, lointaines et présentes : le mépris de la spiritualité, le sectarisme des religieux et des non-religieux, le matérialisme, le productivisme, notre divorce d’avec la Nature vont alimenter et amplifier les problèmes". Outre-mer la liste est menée par un pré-retraité de La Réunion, Guy Hadji.

2-Espérento langue commune équitable pour l'Europe
Cette liste plaide essentiellement pour l'adoption au niveau européen de l'espéranto. Crée au 19e siècle par Ludwik Zamenhof, un médecin ophtalmologiste polonais, cette langue avait pour objectif de permettre la communication du plus grand nombre. Espérento langue commune équitable pour l'Europe estime "qu’une partie importante des difficultés de l’Union européenne provient de la diversité des langues, et de la séparation linguistique entre les gouvernants, qui parlent entre eux un jargon anglophone (...). Il faut faire prendre conscience à tous les électeurs de l’importance politique des langues, mais aussi proposer une solution, l’emploi de la langue espéranto pour communiquer entre les Européens". Outre-mer, la liste est menée par Monique Fillat (section Pacifique)

3-UPR Outre-mer
Dominique Frut © DR
L'Union populaire républicaine est un mouvement souverainiste mené au niveau national par un énarque, François Asselineau. 
L’UPR estime qu'il "doit participer aux européennes pour saper de l’intérieur la prétendue « construction européenne » qui détruit notre agriculture, notre industrie, nos emplois, nos acquis sociaux, nos services publics, notre unité nationale et notre démocratie".
Dominique Frut (en photo) la tête de liste Outre-mer est visiteur médical hospitalier à La Réunion. Lors d'un meeting, il dénonçait cette Europe "à qui l'on donne 22 milliards d'euros et qui n'en reverse que 14 milliards à la France. On nous vend également l'unité européenne, dit-il, or elle n'existe pas. La Grèce déteste l'Allemagne par exemple." 

4-Le mouvement citoyen réunionnais
Jean-Roland Ango © DR
Ce mouvement mené par Jean-Roland Ango (en photo) ne représente que le département le plus peuplé de l'Outre-mer. Ce Réunionnais a déjà mené campagne cette année lors des municipales à Saint-Denis. Ancien allié du maire PS de La Réunion Gilbert Annette, Jean-Roland Ango avait espéré créer la surprise. Un pari raté pour celui qui se présentait comme "ni de droite, ni de gauche". Sur ses affiches, on pouvait lire : "je suis au centre de tous les intérêts pour les Dyonisiens et les Dyonisiennes.



5-le parti fédéraliste européen
© DR
Le Parti fédéraliste européen a été crée fin 2011. Il milite pour un gouvernement de l'Union européenne aux prérogatives renforcées. Il présente des listes dans les cinq grandes régions françaises ainsi qu'en Belgique et aux Pays-Bas. Outre-mer, la liste est menée par Roselyne Surveillant (en photo). Sur le site du Parti fédéraliste européen, on peut lire : "Roseline Surveillant est née il y a 43 ans dans l'île de La Réunion d'une famille d'agriculteurs nombreuse, modeste, mais dure à la tâche et profondément ancrée dans les valeurs de la famille, de l'église chrétienne et de la République"




6-Ultramarins et Ultramarines, merci !
Jean-Pierre Mapolin © DR
Cette liste menée par Jean-Pierre Mapolin (en photo) se veut très ultramarine. Sur sa page facebook, le candidat affiche son projet en trois points : "lutter contre le chômage, faire de la ville de Saint-François la capitale des Outre-Mer au sein de l'Union européenne et enfin donner plus de moyens financiers à nos RUP (régions ultra-périphériques). Il écrit ensuite "En comptant sur vous et en espérant que vous ferez de moi votre Député Européen, Merci et que Dieu vous bénisse, tchimbé red pa moli".



7-100 000 votes contestataires et constructifs d'Outre-mer en Europe
Jade du Parti pirate © DR
Cette liste s'inscrit dans la mouvance du parti pirate, très présent en Allemagne. Elle est menée par une Martiniquaise Marie-France Gallet (en photo), connue sous le prénom de Jade dans le parti pirate. Elle défend des mesures telles que la protection des lanceurs d’alerte, la protection de la vie privée, la protection du vivant et l’interdiction des brevets. Dans la page facebook du parti pirate Antilles-Guyane, on peut lire : "en Outre mer, des forêts de la Guyane jusqu’à la Calédonie avec ses mines, de l’opacité dans les dossiers de l’Université Antilles Guyane à la nouvelle route du littoral à La Réunion, des aberrations institutionnelles dont souffrent les Mahorais comme les Kanaks, nous devons tous participer à une construction différente de notre société, de l’Europe, du Monde auquel nous appartenons."


8-Synergie Europe Outre-mer
Kelly Citadelle-Velin © DR
Cette liste s'inscrit dans le mouvement "Force vie" de la députée UMP Christine Boutin, très anti-mariage pour tous. Dans France-Antilles, Christine Boutin expliquait en février dernier comment elle avait rencontré  "grâce à une amie évangélique" Jocelyne Goma avec laquelle elle travaille, la tête de liste de Synergie Outre-mer. Kelly Citadelle-Velin, 34 ans (en photo) a ainsi été choisie par Christine Boutin. Cette Guadeloupéenne installée à Fosses dans le Val d'Oise est professeur dans un collège. Sur le site internet de Force Vie, la candidate plaide pour "une meilleure prise en compte des contraintes liées à la spécificité des DOM-TOM. L'Europe doit (...) ouvrir des perspectives de développement pour les citoyens ultra-marins, qui sont aussi des citoyens européens et doivent profiter de l'opportunité que représente le marché européen".  

9-Debout la France ! ni système, ni extrêmes, avec Nicolas Dupont-Aignan
Hugues Maillot © DR

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a lui aussi choisi son candidat pour mener sa liste outre-mer. Il s'agit d'Hughes Maillot. Directeur général adjoint au Conseil général de La Réunion, chargé du pôle des solidarités actives, ce Réunionnais partage les idées du député, farouche opposant à la ligne libérale actuelle de l'Union européenne. Debout la France ! est ainsi favorable à l'idée de se débarrasser de l'euro pour revenir au franc. "L'Euro est une catastrophe pour le tourisme et une folie pour nos entreprises", affirmait Nicolas Dupont-Aignan, en visite en avril dernier à La Réunion. De son côté, Hugues Maillot, s'il est élu, compte plaider "en faveur de la suppression de l'octroi de mer qu'il faudrait remplacer par une TVA locale. Cette décision qui entraînerait une baisse des prix et favoriserait l'emploi. Enfin, il estime que "les fonds accordés à La Réunion par l'Union européenne sont insuffisants". 

10-Europe citoyenne
Patricia Pompilius
Europe citoyenne est une liste menée au niveau national par Corinne Lepage, ex-ministre de l'environnement du gouvernement d'Alain Juppé de 1995 à 1997. Elue députée européenne sous les couleurs du MODEM, le parti de François Bayrou, puis brouillée avec ce dernier, Corinne Lepage a décidé de voler de ses propres ailes. Outre-mer, la tête de liste de ce mouvement se nomme Patricia Pompilus. C'est une Guadeloupéenne, chef d'entreprise, gérante de la pépinière, incubatrice de jeunes sociétés, Graine d'entreprises. Elle est aussi vice-présidente de la Fédération des TPE (Très petites entreprises) de la Guadeloupe. Europe citoyenne a choisi de mettre des femmes à la tête de ses huit listes françaises. Le mouvement plaide pour "redonner de l'espoir, promouvoir le bonheur et restaurer la confiance au niveau européen".


11-Féministes pour une Europe solidaire
© dr

Cette liste féministe propose de "construire une Europe des droits des femmes. Profondément révoltées par les reculs des droits des femmes observés ces derniers temps en Europe", elle porte "le projet d'une Europe solidaire et ambitieuse pour garantir les conditions de vie à toutes et faire progresser l'égalité entre les femmes et les hommes". La liste Féministes pour une Europe solidaire est menée Outre-mer par Grace Ndame Mpondo (section Océan indien). 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play