publicité

Quinze photos pour retracer les deux premières années de Taubira au gouvernement

C'est officiel depuis mardi soir : Christiane Taubira conserve son poste au ministère de la Justice dans l'équipe "Valls 2". Adulée ou abhorrée, la Guyanaise fait partie des piliers du gouvernement. Retour en images sur ses deux premières années passées à la Chancellerie.

Mariage pour tous : Christiane Taubira à l'Assemblée pendant les débats qui auront duré 136 heures et 46 minutes entre janvier et avril 2013. © AFP/JACQUES DEMARTHON, Pierre Verdy, Joel SAGET & François GUILLOT
© AFP/JACQUES DEMARTHON, Pierre Verdy, Joel SAGET & François GUILLOT Mariage pour tous : Christiane Taubira à l'Assemblée pendant les débats qui auront duré 136 heures et 46 minutes entre janvier et avril 2013.
  • Par Léia Santacroce
  • Publié le , mis à jour le

Mai 2012 : le premier gouvernement Ayrault

La Guyanaise Christiane Taubira fait son entrée au gouvernement "Ayrault 2" le 16 mai 2012 et obtient le ministère de la Justice.
Le 17 mai 2012 : Manuel Valls (Intérieur), Christiane Taubira (Justice), Delphine Batho (déléguée à la Justice) et Benoît Hamon (délégué à l'Economie sociale et solidaire) à la sortie du premier conseil des ministres du gouvernement Ayrault 1. © AFP PHOTO LIONEL BONAVENTURE
© AFP PHOTO LIONEL BONAVENTURE Le 17 mai 2012 : Manuel Valls (Intérieur), Christiane Taubira (Justice), Delphine Batho (déléguée à la Justice) et Benoît Hamon (délégué à l'Economie sociale et solidaire) à la sortie du premier conseil des ministres du gouvernement Ayrault 1.


Janvier 2013 : présentation à l'Assemblée du projet de loi sur le mariage pour tous

Le 29 janvier 2013 à l'Assemblée nationale, Christiane Taubira intervient pendant près de 30 minutes pour présenter son projet de loi sur le mariage pour tous : "C’est un acte d’égalité. Il ne s’agit pas d’un mariage au rabais, il ne s’agit pas d’une ruse, pas d’une entourloupe, il s’agit d’un mariage avec toute sa charge symbolique, et toutes ses règles d’ordre public", affirme-t-elle. L'intégralité de son discours est à retrouver sur la1ere.fr.
Christiane Taubira défend le projet de loi du gouvernement à l’Assemblée nationale, le 29 janvier 2013. © AFP/JACQUES DEMARTHON
© AFP/JACQUES DEMARTHON Christiane Taubira défend le projet de loi du gouvernement à l’Assemblée nationale, le 29 janvier 2013.


Bataille parlementaire à l'Assemblée sur le mariage pour tous

Entre janvier et avril 2013, Christiane Taubira, Code civil à l'appui, a dû batailler dur pour défendre le projet de loi qui ouvre le mariage aux couples homosexuels.
Février 2013 : Christiane Taubira à l'Assemblée pendant les débats législatifs sur le mariage pour tous. © AFP/JACQUES DEMARTHON, Pierre Verdy, Joel SAGET & François GUILLOT
© AFP/JACQUES DEMARTHON, Pierre Verdy, Joel SAGET & François GUILLOT Février 2013 : Christiane Taubira à l'Assemblée pendant les débats législatifs sur le mariage pour tous.


24 avril 2013 : adoption à l'Assemblée du projet de loi sur le mariage pour tous

Après 136 heures et 46 minutes de débats, le projet de loi sur le mariage homosexuel est adopté à l'Assemblée. Une victoire pour la ministre guyanaise.
La garde des Sceaux, émue, dans les bras du Premier ministre d'alors, Jean-Marc Ayrault. © AFP PHOTO / MARTIN BUREAU
© AFP PHOTO / MARTIN BUREAU La garde des Sceaux, émue, dans les bras du Premier ministre d'alors, Jean-Marc Ayrault.


Août 2013 : Christiane Taubira dans le New York Times

Le 10 août 2013, le prestigieux quotidien américain consacre un portrait à la garde des Sceaux française. Le New York Times la dépeint comme une "femme de couleur au franc-parler qui incarne l'idéal politique français" (article en anglais à lire ici).
Christiane Taubira, photographiée dans le New York Times du samedi 10 août 2013 © NYT/STÉPHANE REMAEL
© NYT/STÉPHANE REMAEL Christiane Taubira, photographiée dans le New York Times du samedi 10 août 2013


18 octobre 2013 : une candidate FN suspendue après avoir comparé Taubira à un singe

Octobre 2013 : début de l'affaire "Anne Sophie Leclère". Dans un reportage d'Envoyé spécial, cette candidate FN compare Taubira à un singe. Suspendue du parti après la diffusion du documentaire, elle a été condamnée à 9 mois de prison ferme par le tribunal de Cayenne en juillet dernier. Elle a fait appel du jugement.
Page facebook de la candidate FN Anne-Sophie Leclere en août 2013. Photo supprimée depuis. © Envoyé spécial
© Envoyé spécial Page facebook de la candidate FN Anne-Sophie Leclere en août 2013. Photo supprimée depuis.


25 octobre 2013 : Taubira accueillie à Angers sous les jets de bananes

En visite à Angers (Maine-et-Loire), la garde des Sceaux est accueillie par des opposants au mariage pour tous. Dans la foule, des manifestants (dont des enfants) jettent des bananes sur son passage, en la traitant de "guenon".
Le 25 octobre 2013, des manifestants accueillent la ministre guyanaise sous des jets de bananes. © Angers Mag
© Angers Mag Le 25 octobre 2013, des manifestants accueillent la ministre guyanaise sous des jets de bananes.


Le 13 novembre 2013, Minute s'en mêle

Dans son numéro du 13 novembre 2013, l'hebdomadaire d'extrême droite Minute consacre sa Une à Christiane Taubira.
Nouvelle attaque raciste à l'encontre de la garde des Sceaux. © FTVINFO
© FTVINFO Nouvelle attaque raciste à l'encontre de la garde des Sceaux.


De nombreuses personnalités apportent leur soutien à Taubira

Quelques jours après la Une de Minute, de nombreuses personnalités affichent leur soutien à Christiane Taubira. Parmi elles : l'écrivain Christine Angot, l'humoriste François Morel ou encore le philosophe Bernard Henri Lévy.
Christiane Taubira le 17 novembre 2013 à Paris lors d'un rassemblement de soutien organisé par Bernard Henri Lévy (à droite), en présence de l'écrivain Christine Angot. © KENZO TRIBOUILLARD/AFP
© KENZO TRIBOUILLARD/AFP Christiane Taubira le 17 novembre 2013 à Paris lors d'un rassemblement de soutien organisé par Bernard Henri Lévy (à droite), en présence de l'écrivain Christine Angot.


22 novembre 2013 : Christiane Taubira élue "femme de l'année" par le magazine ELLE

Dans son édition du 22 novembre 2013, le magazine ELLE élit Christiane Taubira "femme de l'année", un moyen pour le magazine féminin de lui rendre hommage. Pendant les débats législatifs du printemps 2013, l'hebdomadaire avait pris position en faveur du mariage pour tous.
Taubira en Une du magazine ELLE le 22 novembre 2013. © ELLE



Mars 2014 : accusée d'avoir menti, la garde des Sceaux traverse une période difficile

Pendant l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy, Jean-Marc Ayrault dément publiquement les propos de la garde des Sceaux qui affirmait pourtant ne pas être au courant (#couac). Accusée de mensonge par l'opposition, Christiane Taubira s'en défend à plusieurs reprises.
Le 12 mars 2014, Christiane Taubira improvise une conférence de presse à la sortie du conseil des ministres pour se défendre d'avoir menti sur l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. © AFP/Alain JOCARD
© AFP/Alain JOCARD Le 12 mars 2014, Christiane Taubira improvise une conférence de presse à la sortie du conseil des ministres pour se défendre d'avoir menti sur l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy.


Avril 2014 : Taubira entre au gouvernement Valls 1

Le 2 avril 2014, malgré les rumeurs persistantes qui la donnaient sortante, le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, décide de maintenir Christiane Taubira au ministère de la Justice.
4 avril 2014 : Christiane Taubira lors du premier conseil des ministres du gouvernement Valls 1. © AFP PHOTO / POOL / Philippe Wojazer
© AFP PHOTO / POOL / Philippe Wojazer 4 avril 2014 : Christiane Taubira lors du premier conseil des ministres du gouvernement Valls 1.


10 juin 2014 : adoption à l'Assemblée de la réforme pénale

C'est l'autre chantier majeur porté par la ministre guyanaise : la réforme pénale, qui a suscité de vives polémiques. Malgré les centaines d'amendements déposés par l'opposition, l'adoption du texte à l'Assemblée, le 10 juin 2014, s'est avérée moins compliquée que prévu.
Réforme pénale : Christiane Taubira à l'Assemblée le 3 juin 2014 lors de la présentation du projet de loi. © AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT
© AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT Réforme pénale : Christiane Taubira à l'Assemblée le 3 juin 2014 lors de la présentation du projet de loi.


8 juillet 2014 : remise d'un rapport inédit sur les prisons ultramarines

Dévoilé le 8 juillet 2014, un tableau complet des prisons ultramarines est dressé dans un rapport, à la demande de la garde des Sceaux. Pour François Bès, coordinateur régional pour l'Outre-mer de l'Observatoire international des prisons, "c'est la première fois que le problème des prisons ultramarines est pris à bras le corps".  
8 juillet 2014 : la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, et la ministre de la Justice, Christiane Taubira, lors de la remise du rapport sur les problématiques pénitentiaires en Outre-mer. © Léia Santacroce
© Léia Santacroce 8 juillet 2014 : la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, et la ministre de la Justice, Christiane Taubira, lors de la remise du rapport sur les problématiques pénitentiaires en Outre-mer.


26 août 2014 : Christiane Taubira entre au gouvernement Valls 2

Badaboum, le 25 août 2014, Manuel Valls annonce la démission du gouvernement suite aux critiques d'Arnaud Montebourg sur la politique économique du pays. Les rumeurs vont bon train sur le départ probable de Christiane Taubira, proche des "ministres frondeurs". Que nenni, on apprend le 26 août que la ministre guyanaise conserve son portefeuille au ministère de la Justice
Reçue brièvement à Matignon lundi 25 août, Christiane Taubira est ressortie tout sourire de son entretien avec le Premier ministre, Manuel Valls. © DOMINIQUE FAGET / AFP
© DOMINIQUE FAGET / AFP Reçue brièvement à Matignon lundi 25 août, Christiane Taubira est ressortie tout sourire de son entretien avec le Premier ministre, Manuel Valls.

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play