outre-mer
territoire

Les musulmans d'Outre-mer se mobilisent sur les réseaux sociaux

islam antilles
Nassimah Dindar, président du Conseil général de La Réunion
Nassimah Dindar, président du Conseil général de La Réunion ©DR
L'assassinat d'Hervé Gourdel par des terroristes islamistes a déclenché une mobilisation des musulmans de France sur les réseaux sociaux. Le slogan "Not in my name", "pas en mon nom" lancé au Royaume-Uni s'est répandu dans le monde et dans l'Outre-mer français. 
"Not in my name" (pas en mon nom) : c'est par cette formule que les jeunes musulmans britanniques ont décidé de se mobiliser contre la barbarie de l’Etat islamique. Cette campagne a été lancée après l’assassinat de l’humanitaire écossais David Haines. En France, le slogan a été repris après le choc déclenché par la décapitation d'Hervé Gourdel. Sur facebook, une page a été ouverte sous le nom de "NotInMyName 974". Les Réunionnais musulmans font part de leur indignation face à ce crime odieux et mettre ainsi à mal l’amalgame entre islam et extrémisme religieux.
 
Not in my name
Not in my name ©DR
Faouzia Vitry, conseillère municipale UDI de Saint-Denis
Faouzia Vitry, conseillère municipale UDI de Saint-Denis ©DR
Samia Badat Karam, adjointe au Maire, Paris 16ème
Samia Badat Karam, adjointe au Maire, Paris 16ème ©DR
Sharif Bemat, enseignant en lycée professionnel
Sharif Bemat, enseignant en lycée professionnel ©DR

Et le Guyanais Tariq Abdul Wahad

Tariq Abdul Wahad
Tariq Abdul Wahad ©DR
Dans le Parisien dont la couverture a fait beaucoup parler sur les réseaux sociaux, on peut voir ce titre choc : les musulmans de France disent non à la barbarie. Parmi eux, une figure du basket français, le Guyanais Tariq Abdul Wahad qui évolue en NBA, le championnat américain. Converti à l’islam en 1996, il s’insurge contre cet acte de barbarie : "Les musulmans français représentent 10% de la population française et 99% d’entre eux sont pacifiques et tolérants. (…) Notre religion, ce n’est pas ça. Cette violence est juste incompréhensible. Je suis content si la communauté musulmane se mobilise".
Une du Parisien
Une du Parisien ©DR

 

Publicité