outre-mer
territoire

Prison de Ducos : le ministère promet de procéder aux travaux les plus urgents ordonnés par la justice

justice
Prison Ducos Martinique
©Martinique 1ère
L'Observatoire International des Prisons a saisi en référé la semaine dernière le tribunal administratif pour dénoncer les conditions indignes de détention à la prison de Ducos en Martinique. Le ministère de la justice promet aujourd'hui "sans délai" d'améliorer la situation.
Dans un communiqué publié ce lundi 20 octobre, le ministère de la Justice promet de procéder sans délai à la mise en oeuvre de sept mesures : "l’intensification des opérations de dératisation, un programme de nettoyage complet des cellules, l’intensification de la distribution des produits d'hygiène à tous les détenus, seront immédiatement appliquées", précise le communiqué.

Le ministère explique qu'il "prend acte de la décision du juge administratif de Fort de France rendue en référé le 17 octobre 2014 concernant la situation du centre pénitentiaire de Ducos, en Martinique". Le tribunal administratif avait été saisi en référé liberté par l'Observatoire International des Prisons (OIP) qui dénonce des conditions de détention inhumaines à Ducos : 

Surpopulation, locaux insalubres et infestés de rats et d'insectes, cellules de 9m² pouvant accueillir jusqu'à cinq personnes, insuffisance de l'offre d'activités et de travail, violences exacerbées... 
 










 

Comme l'explique Martinique 1ère, la prison de Ducos peut en théorie accueillir 569 détenus, mais en réalité ils sont 969 ! regardez le reportage de Martinique 1ère :


En juillet 2013 déjà, l'OIP avait dénoncé la situation à Ducos en évoquant "la poudrière martiniquaise".

160 places supplémentaires fin 2015

Le ministère de la Justice, au delà des premières décisions d'urgence, explique que des travaux sont en cours dans la prison martiniquaise afin de restructurer l'établissement. Deux parloirs familiaux seront disponibles à la fin de cette année 2014. Et fin 2015, la prison aura une extension de 160 places.

Le ministère précise encore  que les prisons d'Outre-mer font l'objet d'un investissement de 250 millions d'euros pour la période 2013-2015. Des travaux sont programmés dans les établissements pénitentiaires de Guyane, Mayotte, Nouvelle-Calédonie et Polynésie. 

En juin 2014, un rapport sur les prisons dans les Outre-mer avait été remis à Christiane Taubira et George Pau-Langevin. L'OIP avait à l'époque salué l'existence de ce rapport, le premier du genre. L'Observatoire a maintenant décidé de passer à la vitesse supérieure pour inciter l'Etat à agir.