outre-mer
territoire

Nicolas Thomas : un premier Rhum, déjà dans la cour des grands

voile
Nicolas Thomas
©DP
Nicolas Thomas a 24 ans seulement, mais il est l'un des grands espoirs de la voile guadeloupéenne. Issu de la filière "Guadeloupe Grand Large", il va participer à sa première Route du Rhum, sans complexe et - presque - sans pression. 
A Saint-Malo, lorsqu'on évoque les six skippers guadeloupéens présents cette année au départ du Rhum, nombreux sont les observateurs qui citent Nicolas Thomas,  avant tous les autres... La preuve que ce marin de 24 ans, né aux Saintes, est LA valeur montante de la voile de Guadeloupe. 

Nicolas Thomas est le premier skipper guadeloupéen issu de la filière de formation Guadeloupe Grand Large. A 24 ans, il dispose de multiples atouts, comme il le reconnaît lui-même : "On a le bateau qu'il faut, j'ai suivi la bonne formation et effectué une vraie préparation, le bonhomme est là !" 

Une qualification obtenue lors de la transat AG2R

Nicolas Thomas n'est pas au départ du Rhum par hasard : il a été sélectionné par Guadeloupe Grand Large à l'issue de la Transat AG2R, en avril 2014. En duo avec Philippe Guibourdin, il a terminé à la 9ème place de cette course très exigeante, qui est d'ailleurs à ce jour sa seule traversée de l'Atlantique. 

Guadeloupe Gradn Large, le bateau
©DP

Un bateau compétitif, mais peu d'expériences

"Guadeloupe Grand Large - 1001 Piles Batteries", le Class 40 sur lequel Nicolas Thomas prend le départ est un bateau ultra-compétitif, de la dernière génération. Pour cette raison, plusieurs observateurs estiment que le Guadeloupéen peut jouer les trouble-fêtes parmi les 43 marins engagés dans la catégorie Class 40. Mais l'inexpérience de Nicolas Thomas peut être un handicap : cette dixième Route du Rhum sera sa première transat en solitaire. Jusqu'à présent, sa plus longue expérience en solo n'a pas dépassé trois jours. Cette fois, la traversée durera normalement entre 17 et 20 jours. "Je navigue sur le bateau depuis quatre mois, explique le Guadeloupéen, j'ai pu le tester dans différentes conditions de vents". L'entraînement à Lorient a été intensif ces dernières semaines (reportage d'Eric Cintas à voir par ici)
Interiéur du bateau de Nicolas Thomas
L'intérieur très spartiate du bateau de Nicolas Thomas ©DP

Pas de pression, mais...

Nicolas Thomas explique qu'il a hâte d'être sur la ligne de départ, dimanche prochain, pour enfin se lancer à l'assaut de l'Atlantique. Il avoue tout de même être un peu stressé. 
Regardez Nicolas Thomas, mardi après-midi, qui discutait en direct par Skype avec le centre de loisir des Saintes, son île natale, où les enfants avaient préparé des questions :

"On va se tirer la bourre !"

Côté classement, même s'il explique ne pas avoir d'objectif précis fixé avec ses sponsors, il se voit dans le top 10... "Mais je me dis, moi, que je peux gagner, car dans une compétition tout est possible", poursuit dans un sourire le Saintois. La Route du Rhum, avec son arrivée en Guadeloupe, a bien sûr une saveur particulière pour le jeune skipper des Saintes. S'il n'existe pas de rivalité avouée entre les skippers locaux, Nicolas Thomas avoue en riant franchement : "On va se tirer la bourre". Quant à l'arrivée en Guadeloupe, il a déjà pensé à ce moment qui promet d'être fort en émotions : "Ça va être intense, mais il faudra rester concentré, l'arrivée sur la Guadeloupe est compliquée au niveau de la navigation." 





Bonus

Nicolas Thomas nous explique comment il va dormir à l'intérieur de son "Guadeloupe Grand Large - 1001 piles batteries" pendant cette Route du Rhum :


 

Publicité