publicité

Un Guyanais sur six vit dans un logement insalubre : le député Gabriel Serville tire la sonnette d’alarme

Le député-maire de Matoury en Guyane, Gabriel Serville, demande "un plan Marshall" pour le logement en Guyane. Lors des questions au gouvernement, ce mardi, il s’est adressé au Premier ministre en s’alarmant des conséquences du mal logement. La ministre des Outre-mer lui a répondu.

Le député maire de Matoury, Gabriel Serville, à l'Assemblée nationale © Capture d'écran site de l'Assemblée Nationale
© Capture d'écran site de l'Assemblée Nationale Le député maire de Matoury, Gabriel Serville, à l'Assemblée nationale
  • Par Laura Philippon
  • Publié le , mis à jour le
Lors des questions au gouvernement, ce mardi 10 février 2015, le député maire Gabriel Serville s’est alarmé de la situation du mal logement en Guyane. Membre du parti de la gauche démocrate et républicaine (GDR), il a adressé sa question au Premier ministre, Manuel Valls, mais c’est la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, qui lui a répondu.

Échange à voir ci-dessous :

Gabriel Serville

Un "plan Marshall" pour le logement en Guyane

Gabriel Serville a d’abord rappelé la situation alarmante en Guyane. "Sept habitants sur dix vivent dans une construction illégale, un Guyanais sur six vit dans un logement insalubre", a décrit le député maire de Matoury qui craint pour l’avenir du département. "De ce mal logement découle une tension sociale palpable engendrée par des occupations illégales de terrain".
Gabriel Serville reconnaît "les efforts réalisés" par le gouvernement, mais estime que c’est insuffisant face à une croissance démographique de plus de 3% par an. Le député-maire demande un "un plan Marshall" pour le logement en Guyane.

Difficile de répondre aux besoins

La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, lui a répondu en rappelant l’augmentation "significative des crédits alloués au logement en Guyane". "Ils ont progressé de plus de 50 % en 2012", a précisé la ministre qui constate que face à la forte croissance démographique du département, il est "quasiment impossible de suivre les besoins que nous ne contestons pas pour la Guyane".
George Pau-Langevin a ensuite réaffirmé la priorité du gouvernement d’arriver à loger les populations de Guyane, en mettant en avant "la sauvegarde d’opérateurs importants, comme la SIGUY, la Société Immobilière de la Guyane, en difficultés financières". "La défiscalisation en faveur du logement social a également été maintenue, le dispositif Pinel amélioré, et le crédit d’impôt pour la transition énergétique bonifié. Enfin l’ANRU, l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, a sélectionné cinq projets pour la Guyane", a rappelé la ministre avant de conclure : "C'est difficile mais nous travaillons sur cette opération d’intérêt national".

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play