outre-mer
territoire

Nucléaire : la France a une "une dette morale" envers la Polynésie, selon la ministre George Pau-Langevin

société
Nucléaire : La France a une "une dette morale" envers la Polynésie, selon George Pau-Langevin
La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, était l'invité du journal de Polynésie 1ère mercredi soir. ©Capture d'écran Polynésie 1ère
La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, a affirmé mercredi à Papeete que la France avait "une dette morale" envers la Polynésie française où ont été pratiqués de nombreux essais nucléaires. Cette déclaration intervient alors que des milliers de demandes d'indemnisations ont été déposées.
"Il y a une dette morale puisque la Polynésie a contribué à la grandeur de la France", a déclaré au sujet du nucléaire, la ministre des Outre-mer, à Papeete, dans les journaux télévisés Polynésiens, puis lors d'un discours au haut-commissariat. George Pau-Langevin achevait trois jours de visite dans cette collectivité, qui l'ont menée à Tahiti, mais aussi à Rurutu et Tubuai aux Australes, Manihi aux Tuamotu et Maupiti aux Îles-Sous-Le-Vent.

Des centaines de dossiers et peu d’indemnisés

Cette déclaration intervient alors que plusieurs milliers d'anciens travailleurs sur les sites nucléaires du Pacifique ont déposé des demandes d'indemnisation. Ils ont notamment déclaré des cancers qu'ils estiment liés au Centre d'expérimentations du Pacifique. Seule une poignée d'entre eux ont été effectivement indemnisés.

"Il faut revoir la loi Morin"

Ces derniers regrettent la complexité des dossiers à déposer et le faible nombre de maladies radio-induites prévues dans la loi Morin. "Il faut qu'on revoie la loi Morin, ou la façon dont elle est appliquée", a concédé la ministre, avant d'ajouter : "Nous avons à rouvrir le dossier du nombre de maladies radio-induites".

Les excuses ne suffisent pas

Interpellée sur la question du nucléaire par un étudiant, sur le plateau du journal télévisé de Polynésie 1ère, la ministre s’est également dite favorable à la création d’un groupe de travail, composé d’élus et de scientifiques, sur le nucléaire.
"Il y a longtemps que la question du nucléaire empoisonne les relations entre l’Etat central et le pays," a déclaré George Pau-Langevin. "Il faut que l’on avance. Je porterai cette proposition de faire un groupe de travail auprès du Premier ministre", a-t-elle promis.

Interrogée également sur la question d’éventuelles excuses de la France pour les essais nucléaires, George Pau-Langevin a conclu qu’il serait trop facile de "régler ces questions uniquement en terme d’excuses".

Cliquez ici pour voir l'intégralité de l'interview de George Pau-Langevin au journal de Polynésie 1ère.