publicité

Fini la "majorité zambrocal" : zoom sur les départementales à La Réunion

Nassimah Dindar (UDI) restera-t-elle à la tête du conseil général ? Celle qui préside le département depuis 2004 avec une majorité de centre-gauche se présente aux élections des 22 et 29 mars sous l'étiquette "Union de la droite". La1ère fait le point sur les départementales à La Réunion.

Nassimah Dindar (UDI) préside le conseil général de La Réunion depuis 2004. © DR
© DR Nassimah Dindar (UDI) préside le conseil général de La Réunion depuis 2004.
  • Par Léia Santacroce
  • Publié le , mis à jour le
La Réunionnaise Nassimah Dindar (UDI) rempilera-t-elle pour un quatrième mandat à la tête du conseil général - futur conseil départemental - de La Réunion ? Le 22 mars prochain, elle se présentera dans le canton de Saint-Denis 2 (en binôme avec Serge Hoarau). Elle sera opposée (entre autres), à l'un des neuf binômes du Front National (emmené par Maurice Brasier et Gisèle Vaïtilingom).

"On a mis de l'ordre dans la maison"

Prudence. Dans l'hypothèse où Nassimah Dindar l'emporte dans son canton, rien ne lui assure d'être réélue à la tête du conseil départemental. Car la particularité de ce scrutin, c'est que celle qui gouvernait depuis des années avec des élus centristes, du PS et du Parti Communiste Réunionnais, se présentera ce dimanche sous l'étiquette "Union de la droite". C'est la nouvelle stratégie de l'UDI : fini la majorité "zambrocal" (expression qui vient d'un plat réunionnais qui mélange de nombreux ingrédients : riz, grains, viande...).

"On a mis de l'ordre dans la maison", commentait le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, le 21 janvier dernier (voir la vidéo ci-dessous). Invité d'Opinions 1ère, il expliquait alors : "Il y aura une alliance de l'ensemble des membres de l'UDI avec l'UMP pour les élections départementales, et de la même façon pour les régionales". En face, rares sont les cantons où la gauche n'apparaît pas divisée. 

Lagarde UDI La Réunion


Les départementales à La Réunion en quelques chiffres

Réduit presque de moitié, le nombre de canton passe de 49 à 25, redécoupage électoral oblige. Un peu de mathématiques pour finir : qui dit 25 cantons dit 25 binômes homme-femme, soit 50 conseillers départementaux, élus pour 6 ans (voir notre infographie ci-dessous).
© Léia Santacroce
© Léia Santacroce

 

Les départementales, comment ça marche ?

Premier tour
Un binôme sera considéré comme élu dès le premier tour, le dimanche 22 mars, s’il remporte plus de 50 % des suffrages exprimés (et au moins un quart des électeurs inscrits).

Second tour
Si aucun des binômes de candidats ne parvient à atteindre ce score, un second tour aura lieu le dimanche 29 mars.
Les deux binômes arrivés en tête au premier tour pourront s'y présenter, ainsi que les éventuels autres binômes qui avaient obtenu plus de 12,5 % des électeurs inscrits.
Le binôme qui obtient le plus grand nombre de voix (majorité relative) au second tour est élu.

Après l'élection
Une fois élus, les deux membres du binôme exercent leur mandat indépendamment l’un de l’autre. Ils sont élus pour une durée de 6 ans.

Source : ministère de l'Intérieur.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play