outre-mer
territoire

Les élections départementales à Mayotte, collectivité unique

politique
Départementales Mayotte
Daniel Zaïdani préside le département depuis 2011, il est candidat à sa propre succession. ©DR / Léia Santacroce
A Mayotte, les élections départementales des 22 et 29 mars prochains revêtent une importance particulière. Dans cette collectivité unique, c'est le premier renouvellement du conseil général depuis la départementalisation en 2011. 
Particularité à Mayotte : il n'y a pas de conseil régional. Le 101e département français est une collectivité unique. D'où l'importance des élections des 22 et 29 mars prochains, qui marquent le premier renouvellement du conseil général depuis la départementalisation en 2011.
Le nombre de conseillers départementaux (ex-conseillers généraux) va augmenter de plus d'un tiers, passant de 19 à 26 (voir notre infographie ci-dessous). Sept conseillers supplémentaires, c'est un record en France. (Mais à démographie égale, cela reste encore loin des 51 futurs "conseillers à l'assemblée de Guyane", autre collectivité unique, ndlr.)


Beaucoup plus de femmes

Autre particularité mahoraise : il n'y a actuellement qu'une seule femme au sein du conseil général. Elle a choisi de ne pas se représenter. 
Après les élections, le conseil comptera automatiquement autant de conseillères départementales que de conseillers. C'est la nouveauté de ce scrutin : les électeurs voteront dans chaque canton pour un binôme paritaire

Elections départementales Mayotte 2015
©Léia Santacroce

Quid du président ?

Le président du département, Daniel Zaïdani (le plus jeune à exercer cette fonction en France, ndlr), est candidat à sa propre succession. Malgré sa mise en examen en 2013 pour détournement de fonds et favoritisme, il se présente dans son canton de Pamandzi, sous l'étiquette "Divers droite" (avec Soihirat El Hadad).
D'après certains observateurs sur place, sa réélection semble compromise. Le week-end prochain, il sera opposé à l'ancienne maire de Pamandzi (Ramlati Ali, apparentée socialiste), qui part favorite. Déjà en 2011, Daniel Zaïdani n'avait remporté les cantonales qu'à quatre voix près. Trois ans plus tard, aux municipales, sa liste ne s'était hissée qu'à la troisième place (Mouvement pour le développement de Mayotte). 

Près de la moitié des candidats étiquetés à droite

A l'échelle du département, près de la moitié des binômes-candidats sont classés à droite, contre un peu plus d'un quart à gauche. Le Front national présente un seul binôme dans le canton de Mtsamboro. A noter cependant qu'à Mayotte, une fois les élections passées, les questions de personnes ont souvent tendance à prendre le pas sur les étiquettes politiques.

Les départementales, comment ça marche ?
Premier tour
Un binôme sera considéré comme élu dès le premier tour, le dimanche 22 mars, s’il remporte plus de 50 % des suffrages exprimés (et au moins un quart des électeurs inscrits).

Second tour
Si aucun des binômes de candidats ne parvient à atteindre ce score, un second tour aura lieu le dimanche 29 mars.
Les deux binômes arrivés en tête au premier tour pourront s'y présenter, ainsi que les éventuels autres binômes qui avaient obtenu plus de 12,5 % des électeurs inscrits.
Le binôme qui obtient le plus grand nombre de voix (majorité relative) au second tour est élu.

Après l'élection
Une fois élus, les deux membres du binôme exercent leur mandat indépendamment l’un de l’autre. Ils sont élus pour une durée de 6 ans.

Source : ministère de l'Intérieur et conseil général de Mayotte
Publicité