publicité

Un Français tué et brûlé à Madagascar par des tueurs à gages

C'est le journal Le Parisien qui révèle l'affaire:  un Français de 52 ans, originaire des Vosges a été tué puis brûlé à Madagascar par des tueurs à gages engagés par son épouse malgache. Dix personnes sont sous les verrous dans cette affaire. 

© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
  • la1ere.fr
  • Publié le
Philippe Bertrand, originaire des Vosges, était menuisier. Il avait 52 ans. Il est mort à Madagascar, assassiné dans la nuit du 23 au 24 décembre 2014, puis son corps a été brûlé et ses cendres dispersées dans un canal. C'est le journal Le Parisien qui raconte cette affaire sordide dans laquelle dix personnes sont actuellement mises en examen dans la grande île.

Une rencontre par internet

Tout commence en 2013. A la recherche de l'âme soeur, Philippe Bertrand rencontre par internet Sonya, 47 ans, qui vit à Madagascar et se présente comme une ancienne actrice. Très vite, le Vosgien se rend sur place, et se marie là bas lors de son deuxième séjour, en juillet 2013. Philippe revient en France pour liquider ses affaires: il vend sa maison, son entreprise et des deux voitures. Une fois installé à Antananarivo, il investit son argent dans deux restaurants et achète une villa. 

Des proches inquiets

Mais tous les biens sont mis au nom de son épouse malgache. Face à ses proches restés en France qui s'inquiètent de cette situation, Philippe Bertrand explique que c'est plus simple. "Il était comme envoûté", confie au Parisien un de ses amis vosgiens. En décembre 2014, les proches perdent le contact avec Philippe. Au mois de mars, quatre d'entre eux se rendent à Madagascar.

Une histoire abracadabrante

Une fois sur place, Sonya, l'épouse malgache, leur raconte que Philippe est en fuite, parce qu'il aurait écrasé une jeune fille lors d'un accident de la circulation. Mais les Français ne croient pas cette histoire et se rendent chez les gendarmes. Rapidement, l'enquête évolue et la thèse de l'assassinat du Français monte en puissance.

Des tueurs à gages

Finalement, le 16 mars dernier, l'épouse malgache avoue : mi-décembre, elle a versé  300 euros à deux tueurs à gages.  Dans la nuit du 23 au 24 décembre, les tueurs se sont introduits dans la maison du Français, l'ont étranglé et achevé de plusieurs coups de marteau.  Le corps de la victime a ensuite été brûlé puis ses cendres dispersées dans un canal. L'épouse a ensuite vidé les comptes en banque. Dix personnes ont été mises en examen par la justice malgache, pour assassinat et extorsion de fonds. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play