outre-mer
territoire

Sept ans de prison requis en appel contre le Guadeloupéen Teddy Valcy

justice
Teddy Valcy
La cour d'appel de Paris rendra sa décision le 2 juillet prochain. ©LP
Sept ans de prison requis en appel, ce  jeudi, contre Teddy Valcy. Accusé de trafic d'arme, il sera fixé sur son sort le 2 juillet. Le Guadeloupéen est actuellement incarcéré pour une autre affaire dans laquelle il avait comparu aux côtés de Kouachi et Coulibaly, auteurs des attentats de janvier.
"Je ne vais pas me bercer d’illusions", confie Teddy Valcy à la fin de l’audience. Ce grand gaillard de deux mètres, habitué des tribunaux, sait qu’il risque gros dans cette affaire. "J’espère juste obtenir le meilleur de la justice", poursuit le prévenu guadeloupéen avant de regagner sa cellule et de retrouver l’isolement auquel il est régulièrement soumis depuis son incarcération en 2010.

Ce jeudi 7 mai, Teddy Valcy comparaissait devant la cour d’appel de Paris, aux côtés de deux autres hommes, dont un ami d’enfance, lui aussi guadeloupéen. Ils sont soupçonnés d’avoir organisé un trafic d’arme en vue de commettre un triple assassinat en 2012. Teddy Valcy, condamné à deux ans de prison en première instance l’an dernier, par le tribunal de Bobigny, aurait joué le rôle d’intermédiaire dans la transaction d’un fusil à pompe.

Une transaction d’armes

Ecroué à la prison de Fresnes à l’époque des faits, c’est de sa cellule et avec un téléphone portable conservé illégalement qu’il aurait mis les deux autres protagonistes en contact. Lui, nie les faits. "Je parle avec des connaissances au téléphone, cela arrive que je donne des numéros d’amis mais rien de plus", se défend Teddy Valcy, d’un ton assuré.

Calme, serein, concis et raisonné dans ses réponses, il s’adresse à la cour de manière posée. "Comment expliquez-vous que lors de la fouille de votre cellule, les policiers n’aient pas retrouvé votre téléphone ?", lui demande la présidente. "Peut-être ont-ils mal cherché ?", interroge celui qui dit tout ignorer de cette transaction d’arme.

Un précédent procès avec Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly

Malgré ses onze condamnations au casier judiciaire, Teddy Valcy n’a pas l’attitude du grand caïd. De fines dreads tirées en arrière, un look soigné, un regard posé et un torse bombé dans un t-shirt blanc étriqué, il écoute les débats attentivement. Imperturbable. Seuls quelques hochements de tête discrets en signe de désapprobation.

Teddy Valcy avait 14 ans lorsqu’il a commis son premier délit en Guadeloupe. Condamné pour des braquages à plusieurs reprises, il a ensuite basculé dans le banditisme avant de se rapprocher de figures de l’islam radical. En 2013, il comparaissait devant la justice aux côtés de Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly. Il avait alors écopé de neuf ans de prison pour un projet d’évasion d’une figure de l’islamisme radical, et avait été relaxé des accusations de terrorisme. Mais ces deux noms, Kouachi et Coulibaly, auteurs des attentats de janvier, figurent toujours dans son dossier. "On me reproche tout et même mes connaissances", lâche-t-il durant l’audience.

kouachi
Chérif et Saïd Kouachi, les auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo. Chérif (à gauche) a également été jugé en 2013 pour le projet d'évasion de l'artificier de l'attentat du RER en 1995. ©FRENCH POLICE / AFP


Un témoin accable Teddy Valcy

Ce jeudi, la cour a entendu les trois prévenus. Tous nient le trafic d’arme en vue de commettre un triple assassinat, celui d’un chef de détention de la prison de Fresnes et ceux de deux individus considérés comme des "balances". Pourtant, c’est un détenu qui les a dénoncés. L’homme, d’origine malgache, est cité à la barre par l’avocate générale.

Décrit comme paranoïaque, sous médicaments, et condamné à 20 ans de prison, il livre un témoignage accablant pour Teddy Valcy. "Un jour à la prison, il m’a dit : "Ça y est, mon pote a trouvé l’arme ! Ça va être comme Mérah." Il avait un rire glacial et une façon de jouir à l’idée de la mort", raconte le témoin qui explique que sa vie est menacée en prison depuis ses révélations.

En face, Teddy Valcy nie ces propos. "Il se venge, s’embourbe dans des mensonges et fait de la comédie en se disant traumatisé. Il ne l’était pas quand il a tué un enfant", lance Valcy, rappelant à la cour la condamnation de ce témoin aux déclarations souvent confuses.

"Les mots ont un sens, Monsieur"

Autre élément gênant pour Teddy Valcy, cette enquête de personnalité à laquelle il a été soumis en prison. Lue par la présidente de la cour, il y aurait déclaré : "Je suis né dans le sang, je vais mourir dans le sang". "Les mots ont un sens, Monsieur ", lui indiquent les magistrats. "C’était sur le ton du ras-le-bol, j’étais énervé ce jour-là, je purge ma peine dans des conditions difficiles."

La présidente évoque alors "l'islamisation" de Teddy Valcy. "On me reproche vraiment tout ! Mon charisme, mes connaissances... Voilà, ça me met dans un autre état. Je souffre énormément de l'isolement." Il n’en dira pas davantage.

Teddy Valcy
Le Guadeloupéen Teddy Valcy, purge actuellement sa peine au centre pénitentiaire de Réau, dans le sud de Paris. ©AFP PHOTO THOMAS SAMSON


Sept ans de prison requis

Même s’il n’y a ni aveu, ni flagrance, pour l’avocate générale, il n’y a pas de doute. Ces trois hommes sont bien impliqués dans une association de malfaiteurs en vue d’un trafic d’arme. Selon elle, le Guadeloupéen Teddy Valcy a eu un rôle central. "Il a l’habitude de servir d’intermédiaire d’armes dans des précédents affaires", rappelle l’avocate générale.

"Même du fond de sa cellule et après des passages aux assises, il n'est pas dissuadé de commettre des infractions graves avec ces armes qui servent à ouvrir le feu", poursuit l’avocate générale qui insiste sur la "dangerosité" de Valcy, un homme " de charisme, qui influence les autres et qui fait peur".

Au terme d’une longue journée de débats, l’avocate générale requiert sept ans de prison contre Teddy Valcy et l’un des prévenus, cinq ans pour l’autre.

Teddy Valcy
Eddy Arneton est également l'avocat du détenu guadeloupéen, Teddy Valcy. ©LP


Une décision le 2 juillet

Dès le début de sa plaidoirie, Maître Eddy Arneton, avocat de Teddy Valcy rappelle que le Guadeloupéen a été relaxé des précédentes accusations de terrorisme, faisant référence au procès dans lequel son client comparaissait aux cotés de Chérif Kouachi et Amédy Coulibaly.

"On lui reproche aujourd’hui une chose : d’avoir donné un contact à un ami d’enfance. Pour le reste, le dossier est vide. Les écoutes téléphoniques sont partielles et le témoin cité ce jour n’est pas crédible", plaide Maître Arneton qui demande la relaxe de son client.

Teddy Valcy était éligible à une liberté conditionnelle ce mois-ci. A présent, les cartes sont rebattues. Cette audience en appel juge aujourd’hui un homme dont le dossier comporte désormais les noms de plusieurs terroristes. La cour d’appel a mis sa décision en délibéré au 2 juillet prochain. "J’ai un lourd passé judicaire, mais ma vie ne résume pas à ça", a conclu Teddy Valcy à la fin de l’audience.
Publicité