outre-mer
territoire

Le Martiniquais Alain Zabulon quitte ses fonctions de coordonnateur national du renseignement

politique
Alain Zabulon
Le préfet Alain Zabulon est actuellement directeur adjoint du cabinet du président François Hollande ©DR
A sa demande, Alain Zabulon va quitter ses fonctions de coordonnateur national du renseignement. D’origine martiniquaise, l’ancien directeur adjoint de cabinet de François Hollande à l'Élysée, était le "Monsieur Renseignement" du gouvernement depuis deux ans.
Des rumeurs circulaient depuis plusieurs semaines. C’est désormais officiel. A "sa demande", Alain Zabulon va quitter ses fonctions de coordonnateur national du renseignement, indique ce mercredi le compte-rendu du Conseil des ministres.

Alain Zabulon, 59 ans, ancien directeur adjoint de cabinet de François Hollande à l'Elysée, avait succédé en juin 2013 à Ange Mancini à ce poste créé durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Le "Monsieur renseignement"

D’origine martiniquaise, Alain Zabulon était depuis deux ans le "Monsieur renseignement" du gouvernement. Sa mission était de veiller à la coopération et l’échange d’informations entre les différents services de renseignement en France. Un poste difficile compte tenu des rivalités qui existent entre ces services.

Un énarque proche de François Hollande

Avant d’être nommé coordonnateur national du renseignement, Alain Zabulon a été directeur de cabinet adjoint du président de la République. Cet énarque est un proche de François Hollande qu’il a côtoyé lorsqu’il était préfet de la Corrèze en 2008.

Diplômé de l’ENA, Alain Zabulon a effectué sa carrière dans la fonction publique. Né dans le 16e arrondissement de Paris de parents martiniquais, il est aussi reconnu comme spécialiste des questions de banlieues et d'égalité des chances.

La direction des Aéroports de Paris ?

Ces dernières semaines, Alain Zabulon est resté discret alors que le projet de loi renseignement, fortement critiqué, était examiné à l’Assemblée.
En avril dernier, le magazine La Lettre de L'Expansion lui prêtait un nouveau point de chute à la direction des Aéroports de Paris.
Publicité