Présidentielle 2016 aux Comores : les Comoriens de l'étranger pourront voter

monde
vote comores
File d'attente à Moroni lors de la présidentielle 2010 ©SIMON MAINA / AFP
Les Comoriens de l'étranger pourront voter à l'élection présidentielle de 2016 pour la première fois depuis l'indépendance du territoire en 1975. C'est le ministre de l'Intérieur Houmed Ali Msaidié qui l'annonce.
"Il s'agit de rétablir des citoyens comoriens dans leurs droits. La diaspora nous apporte beaucoup (...) C'est donc tout à fait normal qu'ils prennent part à un scrutin aussi important", explique le ministre de l'Intérieur. En France "où la diaspora réclame ce vote depuis des années", les autorités fourniront une assistance "pour faciliter le déroulement du vote".
 
Les Comoriens vivant en France sont estimés à 300.000, dont "un peu plus de 120.000 possèdent une carte nationale avec laquelle ils pourront voter", a précisé le ministre. Lors des législatives de février, les Comores comptaient 275.348 électeurs sur les trois îles d'Anjouan, Grande-Comore et Mohéli.
 

Le cas Sambi

Interrogé sur la candidature polémique de l'ex-président Ahmed Abdallah Sambi (2006-2011), le ministre a répondu: "Si Sambi veut être candidat, c'est qu'il veut créer des troubles, et on ne peut pas permettre cela". "Il n'y aura pas de candidature Sambi en 2016", a-t-il martelé, accusant les partis qui soutiennent l'ex-président de "vouloir réveiller les démons séparatistes et nous replonger dans une crise politique et institutionnelle."       

Smail Chergui, commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA) cité par le journal gouvernemental comorien Al-Watwan, a déclaré que cette candidature pourrait "remettre en cause la stabilité du pays, durement acquise".
 

Stabilité depuis 2009

La démocratie comorienne s'est stabilisée depuis 2009 seulement, après 20 coups d'État ou tentatives depuis l'indépendance. Ces crises se sont nourries des rivalités entre les trois îles de l'archipel dont la France a conservé la quatrième, le département de Mayotte.
 
 

La présidence tournante

La Constitution adoptée en 2001, à l'issue d'une crise sécessionniste qui avait éclaté sur les îles d'Anjouan et de Mohéli, a instauré la règle d'une présidence tournante par île. Le prochain président des Comores devrait être originaire dela Grande-Comore, alors que Ahmed Abdallah Sambi est originaire d'Anjouan, l'île à qui revient la tournante de 2021.

Tout le débat porte sur l'interprétation de l'article 13 de la Constitution, ambigu car il n'explicite pas clairement que le président de l'Union doit être originaire de l'île à qui échoit la tournante.