publicité

MH 370 : les recherches aériennes et maritimes se poursuivent à La Réunion

Les recherches aériennes et maritimes vont se poursuivre jusqu’en "début de semaine prochaine", a indiqué, mercredi 12 août, la préfecture de La Réunion. L’objectif est toujours de trouver d'éventuels débris du vol MH370, alors que l’analyse du flaperon continue près de Toulouse.

© P. BECOT / FAZSOI
© P. BECOT / FAZSOI
  • Par Laura Philippon
  • Publié le , mis à jour le
"Les actions de recherche coordonnées vont se poursuivre jusqu'en début de semaine prochaine", a fait savoir la préfecture de La Réunion, mercredi 12 août. Depuis la découverte du débris d’aile du MH370, aucune autre pièce d’avion n’a été découverte à La Réunion.

► Une zone de recherche déplacée

Depuis mercredi 12 août, les moyens aériens et maritimes ont été déplacés plus au sud de l’île. "Au vu de l'absence d'élément significatif trouvé en mer à ce jour dans cette zone de recherche, la surveillance, en particulier aérienne et nautique, va se déplacer en périphérie de cette zone initiale, notamment au sud, lieu qui est potentiellement le siège d'autres courants de dérive pour les débris", précise la préfecture de La Réunion.


► Plus de 45 heures de recherches aériennes et maritimes

Depuis lundi 10 août, date du dernier bilan établi par la préfecture, 45h30 de recherches à terre ont été effectuées, ainsi que 15 heures de recherches en mer (avion, hélicoptères, navires). Les conditions d’observation ont été rendues difficiles avec une forte houle à l'est de l'île.

► Aucun objet lié au vol MH370 n’a été trouvé depuis le flaperon

Toujours selon la préfecture de La Réunion, aucun objet en lien avec le vol MH370 n'a jusqu'à présent été découvert lors de ces recherches entamées la semaine dernière. Des objets auraient été repérés par le Casa, l'avion militaire, mais après mobilisation de l'hélicoptère Panther de la marine nationale, aucun débris n'est apparu comme appartenant à un avion.

► Fausse alerte

Sur la côte Est de l’île, les badauds ratissent le littoral en ouvrant grand les yeux. Bouteilles plastiques et autres objets suspects sont remis aux gendarmes. Mardi 11 août, c’est une pièce plutôt étrange qui a été découverte par des emplois verts sur le littoral de Sainte-Suzanne.


Le mystérieux objet a été photographié, filmé et examiné sous toutes ses coutures avant d’être remis aux gendarmes. Après vérification, le verdict est tombé. Il ne s’agissait pas d’une pièce d’avion, mais de bateau. Le numéro de série relevé sur le débris correspond à un voilier danois Team-Vestas-Wind, échoué en Novembre 2014 à Saint-Brandon. Ce monocoque de 20 mètres de long participait à la prestigieuse course Volvo-Océan-Race quand il s’est échoué sur le récif.

► Où en est l’analyse du flaperon ?

Pendant ce temps, en métropole, l'analyse du flaperon se poursuit sur le site du laboratoire militaire de Balma, près de Toulouse. Une source proche du dossier a indiqué à l’AFP que cette expertise pouvait "prendre au moins plusieurs jours". Une fois l'appartenance du flaperon identifiée, les experts doivent également chercher des indices sur l'origine de l'accident pour tenter de savoir si l’avion a été détruit en vol ou s’il s’est désintégré en percutant la surface de l'océan.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play