outre-mer
territoire

US Open : rien ne va plus pour Gaël Monfils

tennis
monfils US Open
Gaël Monfils lors de son match face à l’Ukrainien Illya Marchenko, le 31 août 2015 à l’US Open. ©STREETER LECKA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
Trahi par son corps, en proie au doute, le numéro 3 français Gaël Monfils a connu une nouvelle désillusion au 1er tour de l'US Open lundi, épilogue d'un été raté et prélude, peut-être, à une longue absence. 
Un peu à l'image de sa saison, tout a basculé rapidement pour "La Monf" à Flushing Meadows où il avait atteint un an plus tôt les quarts de finale et poussé Roger Federer dans ses derniers retranchements.
        
Alors qu'il maîtrisait sans mal l'Ukrainien Illya Marchenko, 120e mondial, il a été pris à contrepied par un retour de service de son adversaire dans le 4e jeu de la deuxième manche. Tombé lourdement et de tout son long, le 16e mondial a fini par se relever, mais ne s'en remettra pas. Breaké sur ce coup du sort, il concédera le deuxième set (6-4) et laissera filer son adversaire dans la troisième manche avant de jeter l'éponge à 5-0.
 

Une énième crise 

Le responsable de cet abandon ? Son dos qui le tracasse depuis Wimbledon, son mental aussi qui, depuis plusieurs semaines, est fragilisé. "C'est un été pas facile, assez mouvementé dans tous les sens du terme", a résumé le Parisien qui affiche un bilan sur l'année de 31 victoires pour 16 défaites.
        
Résultats décevants, physique en vrac, fin de sa collaboration avec Jan de Witt, son entraîneur depuis janvier, tous les ingrédients étaient réunis pour une énième crise. "Forcément, on cogite un peu, la séparation d'avec le coach n'aide pas à être bien et comme je suis une personne assez sensible, les blessures arrivent un peu plus vite", a-t-il admis.
        
"A Wimbledon, je me suis fait mal au dos et aux adducteurs pratiquement sur le dernier point de mon match contre Gilles (Simon)", a-t-il rappelé. Après cette défaite en 16e de finale contre celui qui était encore son partenaire d'entraînement, Monfils, 29 ans, est parti, seul, sans entraîneur ni kiné, disputer le tournoi d'Umag.
        

Hypothèse d'une hernie discale

Sur la terre battue croate, il se hisse en demi-finale, mais pour arriver jusque là, il a "forcé contre Philippe Kohlschreiber": "comme j'étais seul, ma routine était différente, je n'avais pas  les mêmes massages, je ne faisais pas la même récup et j'ai commencé à sentir plus mon dos", a-t-il rappelé. La tournée nord-américaine a viré au fiasco avec des éliminations au 2e tour à Montréal et au 1er tour à Cincinnati, avant la chute, tout en symbole, de lundi.
        
Monfils dont le meilleur résultat en Grand Chelem cette année est son huitième de finale à Roland-Garros, redoute d'être contraint à une longue pause. "J'appréhende vraiment le résultat des examens, j'espère que je n'ai pas quelque chose de chiant qui dure quelques mois. J'ai envie de jouer et de bien jouer", a-t-il souligné, évoquant ouvertement l'hypothèse d'une hernie discale. "J'espère ne pas avoir à écourter ma saison, je veux être prêt pour la tournée en Asie, puis Bercy", a insisté l'ancien numéro 7 mondial.
        
Mais à force d'accumuler les blessures, il en a tiré une philosophie teintée d'optimisme. "Je fais avec, j'essaie de me dire que je reviendrai plus fort", a conclu le joueur aux cinq titres ATP.
 
Publicité