outre-mer
territoire

Statistiques ethniques: la guerre des mots sur fond d'outre-mer

politique
Fillon , Le Pen , Bareigts
©DR
Marine Le Pen (Front national) affiche son scepticisme sur la volonté de François Fillon de faire sauter « le tabou » des statistiques ethniques. Elle l'accuse d'amalgame entre les ultramarins et les étrangers. Dans un communiqué, le Parti Socialiste s'invite dans ce ce débat très sensible.

Acte 1 : François Fillon lance le débat

L'ancien Premier ministre François Fillon a le premier ouvert le débat sur le sujet, dimanche dans les colonnes du Journal Du Dimanche , en déclarant que "Si on veut vraiment piloter la politique d'immigration comme je le préconise, permettre au Parlement de fixer chaque année le nombre de personnes que la France peut accueillir, ne pas subir une immigration qui ne viendrait que d'une seule région du monde, qui serait déconnectée de nos besoins économiques et nos possibilités sociales, il faut avoir la possibilité de savoir qui on accueille, ce que ces personnes deviennent, comment elles s'intègrent".

Acte 2 : Marine Le Pen évoque les Outre-mer

La Présidente du Front National n'a pas tardé à se saisir de ce thème de prédilection de son parti. Ce lundi 21 septembre au matin dans Les 4 vérités sur France 2, Marie Le Pen s'est ouvertement interrogée: "les statistiques ethniques, c'est quoi? C'est comme aux Etats-Unis, on marque sur votre carte d'identité « Noir »? Moi, j'avoue que cette radicalisation en quelque sorte de la politique ne me va pas.

Je n'ai pas envie que soient mis dans le même sac des Français d'Outre-mer par exemple, nos compatriotes, et des gens qui sont sur le territoire et qui viennent de pays étrangers, des Maliens ou autres. Je crois que ce n'est pas sain."











"En revanche, ce que l'on doit demander, et ils ne l'ont pas fait, les UMP, lorsqu'ils étaient au pouvoir, c'est les vrais chiffres de l'immigration, les vrais chiffres" du nombre des doubles nationaux dans notre pays".

Acte 3 : Le PS dénonce les propos du FN

Suite à ces déclarations de Marine Le Pen, la secrétaire nationale du PS chargée des Outre-mer et députée de la Réunion Ericka Bareigts et la porte-parole du PS Corinne Narassiguin, ont-elles, à leur tour,  réagi  en dénonçant une "tentative grossière de dresser les Français ultra-marins contre les immigrés".

"Encourager nos compatriotes ultra-marins à développer des sentiments racistes et xénophobes envers les immigrés et leurs enfants, c'est révélateur de la France que veut le Front national: hiérarchiser les discriminations, attiser les jalousies, nourrir les ressentiments, diviser pour mieux régner", affirment les deux responsables PS.














"Marine Le Pen a un talent particulier pour enrober ses idées xénophobes dans l'apparat du bon sens. Attrapant la perche que lui a tendue François Fillon sur les statistiques ethniques, elle déplace le débat sur son terrain de prédilection, substituant sciemment la question de la lutte contre les discriminations par les questions d'immigration et de citoyenneté", poursuivent-elles. L'ancien Premier ministre François Fillon (Les Républicains) a appelé à "faire sauter" le "tabou" qui empêche de connaître "la réalité du peuplement" de la France, dans un entretien au Journal du dimanche. Les statistiques ethniques, qui permettent de connaître le nombre et les origines des étrangers ou des personnes d'origines étrangères résidant dans l'Hexagone, ne sont pas autorisées en France.
Publicité