publicité

"Chez Eugénie", la mercière martiniquaise du Saint-Tropez bling bling

A côté d’un joaillier et en face d’un magasin de vêtements de luxe, une mercerie hors d’âge fait de la résistance à Saint-Tropez. Rencontre avec Eugénie, la propriétaire, une Martiniquaise installée depuis soixante-cinq ans dans la cité du paraître. 

Cela fait soixante-cinq ans que la Martiniquaise Eugénie tient une mercerie à Saint-Tropez. © Philippe Triay/DR
© Philippe Triay/DR Cela fait soixante-cinq ans que la Martiniquaise Eugénie tient une mercerie à Saint-Tropez.
  • Par Philippe Triay (à Saint-Tropez)
  • Publié le , mis à jour le
C’est sans doute la doyenne des commerçants de Saint-Tropez. Et, à notre connaissance, la seule Antillaise à y tenir une boutique. Madame Eugénie, ou « Génie » comme les « anciens » Tropéziens l’appellent familièrement, ne souhaite pas révéler son âge. Mais étant arrivée en France à l’âge de 15 ans, un peu après la fin de la Seconde guerre mondiale, on en déduit qu’elle a dans les quatre-vingt cinq ans aujourd’hui.
 
Bon pied bon œil, Eugénie. Même si parfois la mémoire flanche un peu. Une chose dont elle se rappelle très clairement par contre, c’est son voyage vers la « métropole ». « J’avais pris le paquebot Le Colombie », dit la native de Schoelcher, qui n’a pas perdu son accent de la Martinique et mâtine parfois ses phrases de locutions créoles. « C’était bien à bord. Il y avait de l’ambiance, de la musique, beaucoup d’Antillais se rendaient en France. »

J’aidais mémé au magasin et je faisais aussi les vendanges. Les gens étaient gentils, mais parfois le travail était difficile. Mémé me donnait du courage" (Eugénie)

 







A son arrivée au Havre après trois semaines de traversée, Eugénie est accueillie par une connaissance de sa mère. « J’étais venue en métropole pour travailler. Du Havre je suis allée chez une dame à Toulon, où j’ai été placée comme "fillette" (employée, ndlr). J’y suis restée quatre ans. » Au début des années cinquante, Eugénie déménage à Saint-Tropez. Une de ses tantes s’y était installée avant la guerre, et avait ouvert une mercerie. Elle ne se rappelle pas trop les circonstances dans lesquelles la tante est arrivée, mais cette dernière « a vécu le débarquement » allié dans la baie de Cavalaire et le golfe de Saint-Tropez, souligne-t-elle.
 
A cette époque, Saint-Tropez n’est encore qu’un petit village de pêcheurs et d’agriculteurs. Rien à voir avec la station balnéaire bling bling et ostentatoire d’aujourd’hui. « J’aidais mémé au magasin (c’est comme cela qu’Eugénie dénomme sa tante) et je faisais aussi les vendanges », explique la Tropézienne d’adoption. « Les gens étaient gentils, mais parfois le travail était difficile. Mémé me donnait du courage ».

© Philippe Triay
© Philippe Triay

A la mort de sa tante, Eugénie reprend la mercerie que lui a léguée « mémé », avec son appartement mitoyen. C’est un bazar à l’ancienne où l’on trouve de tout. Boutons, figurines de la ville faites main , fermetures éclair, épingles à nourrice, lacets, jouets pour enfants, briquets, articles de couture et de plage et même feux d’artifice ! Un véritable capharnaüm dont le vieux stock n’est d’ailleurs pas encore épuisé.
 

Atypique et hors du temps 

A partir des années soixante, Saint-Tropez devient une destination touristique particulièrement cotée. Les prix commencent à flamber et des magasins de luxe font leur apparition. Vitrines « design », « tendance » et chatoyantes, la commune est internationale et branchée. La mercerie « Chez Eugénie », rue Gambetta, en plein centre de Saint-Tropez, se retrouve progressivement entourée de boutiques "bling bling" aux prix généralement exorbitants. Et "Génie" verra passer dans sa boutique Brigitte Bardot et Johnny Hallyday.

Atypique et hors du temps, le magasin fait aujourd’hui figure d’antiquité dans cette ville superficielle et futile. Les touristes s’arrêtent pourtant fréquemment devant la devanture grenat et jettent un coup d’œil à l’intérieur. Beaucoup de gens prennent la boutique en photo. Trop, pour Eugénie, qui a placé en évidence sur la porte une affichette qui proclame « pas de photos ».
 
Le magasin est ouvert tous les jours de l’année. Eugénie fait en général ses courses et vaque à ses occupations le matin, puis arrive à sa boutique l’après-midi où elle reste jusque tard dans la soirée. Et quand on lui demande si elle ne veut pas prendre une retraite bien méritée, on s’attire un regard courroucé. « Mais qu’est ce que je ferais de mes journées ? », s’exclame-t-elle tout en tricotant sur une chaise, « il faut que je travaille sinon mon cerveau va s’en aller ! ».

© Ph.T.
© Ph.T.

Quand elle est là, des voisines tropéziennes passent lui faire un petit bonjour. Les jeunes vendeuses « hyper lookées » du magasin d’en face lui font des petits signes de la main. « Alors tu as bien vendu ? » lance Eugénie à l’une d’elles qui lui répond oui avec un grand sourire. « C’est la crise, pour moi ça marche beaucoup moins qu’avant », soupire-t-elle. « Beaucoup de gens aimeraient acheter le magasin mais je leur dis que ce n’est pas à moi », ajoute-t-elle avec un air malicieux.

Depuis qu’elle est arrivée dans l’Hexagone il y a environ soixante-dix ans, Eugénie n’est jamais retournée en Martinique. Elle ne s’est jamais mariée et n’a pas d’enfants. « Un mari ? Non, je ne veux surtout pas de tracas », s'insurge cette femme plutôt solitaire et réservée. « Je n’ai qu’une amie seulement », confie-t-elle néanmoins. « Je dis bonjour aux gens comme ça mais c’est tout. Les gens sont jaloux et hypocrites. Il faut faire très attention. Et toi tu as des enfants ? », nous demande-t-elle pour couper court aux confidences.

Je dis bonjour aux gens comme ça mais c’est tout. Les gens sont jaloux et hypocrites. Il faut faire très attention"

 





 
Loin de sa Martinique natale, loin des siens. Une sœur et un frère résident dans l’Hexagone et lui rendent visite de temps à autre, affirme-t-elle. Derrière le pas de sa porte, son ouvrage de tricot à la main, la pelote de laine à ses pieds chaussés de vieilles sandales, le regard d’Eugénie se perd dans la ruelle. Elle remet en route le petit magnétophone qu’elle avait arrêté durant notre conversation, comme pour signifier sa fin. Une douce mazurka emplit la pièce. Et Eugénie demeure un mystère, ses secrets bien conservés, loin, très loin au tréfonds d’elle-même.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play