Le préfet de Guyane a refusé l'ouverture de la mine d'or de Rexma, à Saül

orpaillage
Rexma
©JEROME VALLETTE / AFP
Le préfet de Guyane a signé mercredi 14 octobre le refus d'ouverture de la mine d'or de Rexma, à Saül. Ce projet avait été soutenu par Arnaud Montebourg, lorsqu'il était ministre. 
C'est  Guyane 1ère qui révélait l'information dès hier, information que  Médiapart, le site d'investigation (article payant par ici) met en exergue aujourd'hui : mercredi 14 octobre, le préfet de Guyane Eric Spitz a signé le rejet de de la demande d'ouverture d'une mine d'or sur la commune guyanaise de Saül par la société Rexma. 

Une affaire à rebondissements

C'est Eric Besson, alors ministre de l'industrie de Nicolas Sarkozy qui (juste avant le second tour de l'élection présidentielle de 2012)  avait signé le permis d'exploitation à la société Rexma sur un site pourtant situé sur le territoire du parc amazonien. Mais c'est Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif de François Hollande qui avait en octobre 2012 fait publier le permis d'exploitation en question, avant de le suspendre en raison de la falsification présumée de l'étude environnementale sur les conséquences de l'implantation de cette mine d'or.

Même si le procès s'était terminé par un non lieu en raison de la prescription des faits, c'est sur la base de cette falsification de l'étude d'impact que le préfet a décidé de refuser l'ouverture de la mine d'or sur le site de la crique limonade, à 5 kilomètres de Saül.

Un autre projet minier en cours

Le projet de mine d'or de Rexma à Saül n'a rien à voir avec un autre projet minier, celui de la société canadienne Colombus Gold, sur le site de la Montagne d'or, à 80 kilomètres de Saint-Laurent du Maroni. Ce projet est notamment soutenu par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui avait visité le site en août 2015. Mais la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal aborde ce dossier avec précaution en raison des risques pour l'environnement.