"Race" : le biopic sur l’athlète afro-américain Jesse Owens, quadruple champion olympique en 1936, sortira en février

athlétisme
jesse owens
Jesse Owens durant les Jeux Olympiques de Berlin en août 1936. ©CORR/HO/AFP
Quatre-vingts ans après sa victoire historique au 100m des Jeux Olympiques de Berlin en 1936, sous les yeux d’Adolf Hitler, un film consacré au formidable champion noir américain Jesse Owens (1913 - 1980) sera sur les écrans en février. 
Août 1936, Jeux Olympiques de Berlin. Alors que le nazisme parvient à son apogée en Allemagne, sous la férule d’Adolf Hitler, un jeune athlète noir américain, Jesse Owens, petit-fils d’esclave, offre une quadruple médaille d’or aux Etats-Unis sur 100m, la course emblématique des Jeux, 200m, 4x100m et au saut en longueur. Tout cela sous les yeux du führer qui assiste personnellement aux épreuves. Outre celles d'Owens, treize autres médailles furent remportées par les athlètes afro-américains lors de ces Jeux.
 
Quatre-vingts ans plus tard, un « biopic » va faire revivre l’histoire de Jesse Owens et sortira sur les écrans en février 2016. Le film, intitulé « Race » (qui signifie à la fois « race » et « course » en anglais) a été réalisé par l’Américain Stephen Hopkins, co-créateur de la célèbre série « 24 heures Chrono ». Le légendaire sprinter américain sera incarné par l’acteur canadien Stephan James, qui a notamment joué dans « Selma », le film sur Martin Luther King. « Race » revient sur les extraordinaires exploits sportifs du champion, mais également sur ses interrogations personnelles face au contexte de la montée du nazisme en Allemagne et la question du racisme et de la discrimination aux Etats-Unis.

REGARDEZ la bande annonce de “Race” (en anglais)


Car triste ironie de l’histoire, Jesse Owens, accueilli triomphalement en Amérique à son retour des Jeux de Berlin, est citoyen de seconde zone d’un pays qui pratique alors la ségrégation raciale, où les Noirs n’ont pas le droit de vote dans la majorité des Etats, sont privés d’opportunités dans les domaines de l’éducation et de l’emploi, et où les lynchages, les abus et les violations en tout genre sont légion et se déroulent en toute impunité. Ce qui n'empêchera pas les Etats-Unis d'entrer en guerre contre l'Allemagne en décembre 1941 au nom de la "liberté".   

REGARDEZ la course de Jesse Owens aux JO de 1936

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live