outre-mer
territoire

L'hommage et la colère 7 mois après la mort d'Elio, victime d'un requin à La Réunion

surf
Hommage victimes requins / Biarritz
© © Photos FFS/Arrieta et FFS/Justes
La famille du surf a rendu hommage hier à Elio Canestri hier sur la Grande Plage de Biarritz à l’appel de la Fédération Française de Surf et du père d’Elio Canestri. Ce jeune surfeur du Pôle espoir de la Réunion avait été mortellement attaqué par un requin en avril dernier.
Le président de la Fédération Française de Surf, Jean-Luc Arassus, a le premier pris la parole pour rendre hommage à Elio qui « aurait dû être là aujourd’hui et défendre un titre pour la Réunion. » Et de dénoncer « la responsabilité de l’Etat très forte alors qu’un dispositif comme le Vigie-requins a été abandonné avant l’attaque dont a été victime Elio Canestri en début d’année.» Jean-Luc Arassus a demandé à la communauté du surf français de « la solidarité". Ajoutant, "La Réunion a besoin que ce combat continu et nous devons le mener ici aussi, en métropole. Ne pas oublier nos amis de La Réunion. Les scientifiques ne connaissent absolument rien aux requins. Quand on pose des questions précises aux scientifiques, ils ne savent pas nous répondre. Les surfeurs ne sont pas des souris de laboratoires. Quatre ans, c’est trop long. Si un ours venait à se promener sur les pistes de Courchevel, il serait très rapidement ramené dans ses montagnes. » 

« On ne peut pas priver les gens de leur océan »

Attaqué en février 2011 et amputé fémoral, Eric Dargent a également témoigné lors de cet hommage.  « Ça fait 5 ans que j’ai été attaqué. Le plus grand malheur ? C’est toujours la même chose qui se répète. Des familles en deuil, des victimes, des gens qui souffrent. Rien ne s’arrête. » Le numéro 5 mondial Handi Surf a confié « je pense à Elio. Je pense aux autres. Il faut continuer le combat. On ne peut pas priver les gens de leur océan. On doit être une grande famille pour retrouver un équilibre qui existait encore il y a une dizaine d’années. »

Ce qui s’est passé ce jour là n’aurait jamais du se passer

Puis le père d’Elio a pris la parole. Soutenu par ses amis et entouré des jeunes surfeurs de La Réunion, Giovanni Canestri a fait part de sa profonde souffrance « c’est très dur pour moi. On ne s’habitue pas à ce genre de choses.» Le père d’Elio est en colère « la guerre de demain est la guerre de l’écologie. On en est tous conscient. On m’a demandé si j’avais un esprit de revanche ? Non, le requin n’y est pour rien. Ce qui s’est passé ce jour là, n’aurait jamais dû se passer. Il y a des gens ignobles qui nous traitent d’assassins alors que l’on demande la régulation des requins. Cette situation n’existait pas auparavant. On est dans une super protection de l’animal. Le lobbying des écologistes nous ment. Beaucoup de scientifiques nous mentent. Le requin bouledogue est une plaie pour la Réunion. Il a créé beaucoup de malheurs à la Réunion. Il a enlevé des vies, une partie des vies des victimes. » 
 

« Aujourd’hui, mon fils aurait du être là »

Et le père d’Elio Canestri d’affirmer que « cette situation a été créée par des scientifiques qui protègent cette espèce. Le requin en est à 18 victimes à La Réunion ! On est contre le massacre des requins. On prône le retour à l’équilibre. En conclusion de son discours, Giovanni Canestri, les larmes aux yeux, a lancé : «  Aujourd’hui, mon fils aurait du être là. Quand je vois toute cette jeunesse, ça me donne la force d’accepter la douleur de la perte de notre enfant. Elio m’avait dit : « Papa, je serai champion de France. » Mon fils, tu es champion du monde ! »

Une trentaine de représentants des délégations présentes sur ces championnats de France est allée former un cercle au large honorer la mémoire d’un des leurs. Ils ont ensuite jeté des fleurs au centre du cercle avant de taper des pieds et des mains dans l’eau, selon la tradition des surfeurs. Regardez:

Publicité