publicité

Une "Marche de la Dignité et contre le racisme" ce samedi dans les rues de Paris

Un collectif de femmes (dont des originaires des Outre-mer) organise aujourd'hui à Paris une "Marche de la Dignité" pour "dénoncer le racisme structurel au sein de la société", 32 ans après la Marche pour l’égalité et dix ans après les émeutes urbaines. 

L'affiche officielle de la "Marche de la Dignité et contre le racisme". © DR
© DR L'affiche officielle de la "Marche de la Dignité et contre le racisme".
  • Par Philippe Triay (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
"Il faut encore une fois sortir dans la rue, dénoncer la police qui assassine, le racisme structurel au sein de la société. Si nous ne demandons pas justice, personne ne le fera à notre place", a expliqué jeudi Amal Bentounsi, membre du Mafed (Marche des femmes pour la dignité), un collectif autonome composé exclusivement de femmes affirmant subir le "racisme d'Etat".
        
"C'est important que cette marche soit organisée par des femmes issues de l'immigration et des quartiers, qui subissent le racisme au quotidien, elles-mêmes et à travers leurs frères, pères, maris", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse à Paris.
        
La "Marche de la Dignité", qui dénonce l'islamophobie, la négrophobie et la romophobie et affirme vouloir "poursuivre la décolonisation" en s'inscrivant dans la lignée des luttes anti-impérialistes du passé, partira samedi de Barbès à 14h pour rejoindre la place de la Bastille, où des prises de parole sont prévues, suivies d'un concert auquel doivent participer entre autres Kery James, Médine, Disiz, Tunisiano, et Princess Erika. 

Soutien d'Angela Davis

Les organisatrices, qui ont reçu le soutien de la militante afro-américaine des droits civiques Angela Davis et de dizaines d'associations, espèrent la présence de dizaines de milliers de participants, avec des délégations venues par cars de province et de l'étranger.

L’appel pour la marche a été signé notamment par la dramaturge et écrivaine guadeloupéenne Gerty Dambury, la politologue réunionnaise Françoise Vergès, la chanteuse et militante associative martiniquaise Joby Valente, ainsi que par Mireille Fanon Mendès-France, présidente de la Fondation Frantz Fanon (dont elle est la fille).
 
La Mafed et les organisations associées espèrent que la Marche constituera la première étape de la construction d'une force politique. Citant Aimé Césaire dans une tribune au quotidien Libération ("L'heure de nous-même a sonné"), la Mafed revendique son autonomie par rapport aux partis politiques et syndicats. "Nous avons tiré les enseignements de la récupération politique. Nous ne ferons plus de deal qui brade notre dignité pour aider à gagner des voix. Les banlieues, comme les populations qui y vivent, ne sont pas à conquérir", assure une membre du collectif.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play