Epidémie de Zika en Guyane et aux Antilles : le virus en 10 questions

zika
Chercheur au Brésil
Un chercheur observe des moustiques Aedes Aegypti à l'Institut des Sciences de l'Université de Sao Paulo au Brésil. ©NELSON ALMEIDA / AFP
Après la Guyane et la Martinique, deux premiers cas d’infection ont été signalés en Guadeloupe et à Saint-Martin. Pendant ce temps, le Brésil connaît une épidémie de zika sans précédent. Quel est l’origine de ce virus ? Ses conséquences ? La1ère.fr a contacté plusieurs spécialistes.
‪‪‪‪#1 Quand ce virus a –t-il été découvert ?
Le virus zika a été découvert en 1947 en Afrique. Ce virus porte le nom d’une forêt proche de Kampala en Ouganda. Il a été identifié chez des singes dans le cadre d’un réseau de surveillance de la fièvre jaune. Selon l’INVS (L’institut de veille sanitaire), "la première apparition notée chez l’homme remonte à 1952 en Ouganda et en Tanzanie".
 
#2 Quelles ont été les principales épidémies ?
Deux épidémies se sont déclarées dans le Pacifique ces dernières années. En 2007, le zika est apparue sur l’île de Yap (l’un des quatre Etats fédérés de Micronésie). 5 000 cas de zika ont été recensés. Fin 2013, La Polynésie a connu une épidémie de zika impressionnante qui a fait 55 000 malades. Entre 2007 et 2013, il y eu plusieurs cas de zika à travers le monde notamment au Gabon, en Thaïlande ou encore en Nouvelle-Calédonie, sur les îles Cook et l’île de Pâques. 
 
Depuis le printemps 2015, le Brésil subit la plus grande épidémie jamais décrite. Selon l’Institut Pasteur de Guyane qui vient de publier un article : "440 000 à 1 300 000 cas suspects ont été rapportés par les autorités de santé brésiliennes. Depuis, le virus Zika s’est rapidement propagé, affectant à ce jour 10 pays de la zone tropicale du continent américain ainsi que les Caraïbes."

Lutte contre le zika : le pays contre attaque
Lutte contre le zika ©Polynesie1ere
 
#3 Quels en sont les symptômes ?
Chez l'Homme, après une incubation de 3 à 12 jours, le virus est généralement observé pendant 2 à 5 jours. Selon les spécialistes, le diagnostic clinique de la fièvre zika est difficile à faire. Les symptômes prennent le plus souvent la forme de fièvre, de maux de tête, de courbatures, d’éruptions cutanées. Dans de plus rares cas, il se traduit par des conjonctivites, des douleurs oculaires et un œdème des mains ou des pieds.
 
zika
©D.R.

#4 Existe-t-il des risques de complication ?
Les risques existent, notamment pour les femmes enceintes qui contractent le virus. Au Brésil, précise l’Institut Pasteur de Guyane "une augmentation inhabituelle des cas de microcéphalie (malformation de la tête) chez les fœtus et les nouveau-nés entraînant des malformations du système nerveux a été constaté".
 
L'autre risque concerne le syndrome de Guillain-Barré. Ce syndrome peut se traduire par une paralysie des membres et de la face. Dans les cas les plus graves, ce sont les muscles de la déglutition et de la respiration qui sont atteints. La personne atteinte peut mettre jusqu'à 12 mois pour récupérer ses capacités physiques.
 
#5 Comment est transmis le virus ?
Le zika est transmis pas une piqûre de moustique. Les moustiques de type Aedes peuvent véhiculer le zika : Aedes Aegypti, mais aussi Aedes Albopictus, le fameux moustique tigre. Eric Leroy directeur de recherche à l'IRD (Institut de recherche pour le développement) au Gabon explique à La1ère que son équipe a révélé en 2014 que le moustique tigre était vecteur du zika. Or ce moustique originaire d’Asie introduit en 1991 en Afrique fait partie des 10 espèces les plus invasives au monde. Il est désormais présent dans le sud de l'hexagone.
 
Par ailleurs, l'institut Pasteur de Guyane ajoute aussi que le zika est "le seul arbovirus pour lequel une transmission sexuelle a été mise en évidence". Ce cas de transmission a aussi été évoqué dans une publication de l'INVS (Institut national de veille sanitaire).
 
Moustique-tigre
Moustique-tigre, une espèce envahissante ©DR

#6 Comment voyage le virus ?
"En général, l’arrivée d’un virus est lié à l’entrée dans un pays de voyageurs infectés, explique Anna-Bella Failloux, spécialiste des moustiques à l’Institut Pasteur à Paris contactée par La1ère.fr. En ce qui concerne l’épidémie qui sévit au Brésil, il s’agit très probablement d’un voyageur en provenance de la Polynésie atteint par le zika qui est arrivé à Bahia au nord du Brésil. Il a suffi ensuite qu’un moustique "compétent" le pique pour que le virus se propage".  
 
#7 Le virus du zika est-il le même en Polynésie en 2013 et en Guyane et au Brésil en 2015 ?
L’Institut Pasteur de la Guyane a mis en évidence que le virus du zika actuellement à l’œuvre au Brésil, en Guyane et dans la Caraïbes est quasiment identique à celui de Polynésie. Seulement, ajoute Eric Leroy directeur de recherche à l’IRD au Gabon : "il semble que le virus se soit modifié. On constate au Brésil une aggravation des symptômes. Un virus c’est un être vivant, il se modifie et ses changements sont aléatoires".
 
Zika Polynésie
©HERIBERTO ARAUJO / NOTIMEX / AFP

#8 Un vaccin contre le zika existe-t-il ?
Pour l’instant, il n’y a pas de vaccin, mais l’Institut Pasteur à Paris y travaille. Frédéric Tangy précise à La1ère.fr : "il faut une centaine de millions d’euros pour mettre au point un vaccin. Est-ce que cela vaut le coup ? Difficile à dire d’autant plus que le zika contrairement à la dengue ou à la grippe ne revient pas tous les ans. En plus, il semble que quand on a eu le zika une fois, on ne le rattrape pas".
 
#9 Que faire pour lutter ? 
Il y a plusieurs moyens pour lutter contre la maladie : d’abord tout faire pour ne pas être piqué par un moustique, faire en sorte d’éradiquer les gîtes où les larves de moustiques peuvent se développer et enfin recourir aux insecticides. En mettant en place une réelle mobilisation de la population, l’épidémie recule.
 
Pour éviter la propagation de la maladie, découvrez la dernière technique élaborée par les scientifiques pour lutter contre le moustique Aedes Aegypti qui transmet la dengue, le chikungunya et le zika. Il s'agit d'un bout de tissu qui piège l'insecte au moment où il croit vous piquer ! Joceline Helgouach, Elise Ramirez. ©Polynesie1ere

En 2013-2014, la Nouvelle-Calédonie a réussi à éviter l’exportation d’une épidémie de zika de la même ampleur que celle de la Polynésie. "A l’arrivée de tous les avions en provenance de Tahiti, raconte Anna-Bella Failloux de l’Institut Pasteur à Paris, des personnes étaient chargées de prendre la température des passagers. Dès qu’une personne avait de la fièvre, elle était prise en charge. Cette stratégie a fonctionné".

la dengue et le zika menacent la Calédonie
la dengue et le zika menacent la Calédonie ©Caledonie 1ere
 
#10 L’épidémie actuelle de zika peut-elle encore s’étendre ?
L’épidémie actuelle s’étend du Brésil à la Caraïbes. Pour Anna-Bella Failloux, chercheuse à l’Institut Pasteur, la perspective des JO de Rio au mois d’août prochain n’est pas une très bonne nouvelle. "Beaucoup de personnes vont venir au Brésil et repartir ensuite chez elles, avec le risque d’emmener le virus", explique-t-elle à La1ère.fr. C’est pourquoi, la chercheuse essaie de mesurer en ce moment avec son équipe "la compétence vectorielle" du moustique Aedes Albopictus, présent dans le sud de la France. En clair le moustique tigre de l’hexagone qui est soumis à des saisons bien marquées peut-il transmettre le zika ?