outre-mer
territoire

Thierry Robert interpelle le gouvernement sur l'opacité des prix d'avion entre l'Hexagone et La Réunion

transport aérien
Thierry Robert
Capture d'écran Assemblée Nationale / Thierry Robert dénonce les augmentations tarifaires
Le député regrette que la baisse du prix des carburants ne se répercute pas sur les tarifs des compagnies aériennes. Les billets ont augmenté de 20 à 30 euros en classe économique. Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron promet d'agir.
Le prix des carburants baisse mais le coût des billets d'avion augmente. C'est sur ce point que Thierry Robert a voulu interpeller Emmanuel Macron lors des questions au gouvernement ce mardi. "L'opacité de la fixation des prix émeut les passagers aériens, notamment entre la métropole et l'océan Indien", a déploré le député de la 7e circonscription de La Réunion. En janvier, Réunion 1ère avait rencontré des voyageurs mécontents (retrouvez le reportage ici).

Selon lui, la surcharge carburant, créée au début des années 2000 pour compenser la flambée des cours du pétrole, est aujourd'hui "incompréhensible". "Son maintien au niveau le plus haut est inacceptable", a-t-il ajouté. "Pire encore, les trois compagnies [Air France, Corsair et Air Austral, ndlr] reliant La Réunion à l'Hexagone, ont augmenté leurs tarifs sur la liaison de manière quasi-simultanée". Et Thierry Robert de s'interroger sur une éventuelle entente entre les compagnies "afin de maintenir un certain niveau de prix au détriment des voyageurs".

Une augmentation de 20 à 30 euros en classe économique

"Il est vrai, nous avons observé des comportements tarifaires qui ne sont pas justifiés : soit une augmentation de 20 euros en classe économique période basse et 30 pour la saison haute", a répondu Emmanuel Macron. Pour le ministre de l'Industrie, la solution n'est pas dans la suppression de la surcharge carburant, mais dans la fixation des prix, "libre entre les compagnies, de par la loi".

"Indépendamment de cette surcharge, les comportements que vous dénoncez, ne sont pas satisfaisants et semblent indiquer qu'il y a une forme d'entente", a expliqué le ministre. "J'ai demandé une clarification des pratiques tarifaires en tant qu'actionnaire d'une des compagnies. Nous avons demandé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de se rapprocher de ces compagnies pour que les clarifications puissent être apportées", a conclu Emmanuel Macron.

Regardez l'intervention de Thierry Robert suivi de la réponse d'Emmanuel Macron : 

Thierry Robert interpelle le gouvernement sur l... par la1ere

Publicité