publicité

En 2017, le cobalt calédonien a rapporté plus de 300 millions de dollars au Brésilien Vale

Pour le Financial Times, le cobalt a enregistré la plus importante progression du secteur des métaux industriels en 2017. Cette matière première spécifique a généré des gains spectaculaires, relève le quotidien financier britannique. En Nouvelle-Calédonie, l'usine du Sud produit du cobalt.

Des pigments de cobalt produits chez UMICORE en Belgique. © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Des pigments de cobalt produits chez UMICORE en Belgique.
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le
Le cobalt, a volé la vedette au cuivre et au nickel dans la catégorie des matières premières, avec une hausse de plus de 120%, profitant de la demande croissante des véhicules électriques, qui utilisent ce métal dans leurs batteries. En 2017, la hausse du cobalt a fait monter en flèche les actions des plus gros producteurs, le courtier industriel anglo-suisse Glencore et le producteur China Molybdenum.

Le cobalt, roi des métaux industriels

Les investisseurs parient en effet sur une forte hausse de ce métal, particulièrement recherché pour les piles et les batteries destinées aux téléphones portables, aux tablettes et aux voitures électriques. Les grandes qualités du cobalt le rendent, en effet, très difficile à remplacer, dans les produits de hautes technologies.

En septembre, Volkswagen a lancé une offre aux producteurs, visant à s’approvisionner en cobalt pour cinq ans selon un prix qui serait fixé d’avance. Mais les producteurs ont rejeté l’offre, affirmant qu’ils ne feraient pas de transactions à un prix imposé et fixe pour les cinq prochaines années. Ajoutant à la pénurie, les investisseurs se sont rués sur le métal pur, pariant que les prix du cobalt monteraient encore. Au cours officiel de la bourse des métaux de Londres, le LME COBALT affiche un prix de 75.000 dollars la tonne (34,25 USD/Ib), six fois le prix du nickel.

Un métal spéculatif

Le fonds d’investissement canadien, Cobalt 27, s’est récemment procuré 2800 tonnes de cobalt, pour une valeur de 209 millions de dollars. Plus de la moitié du cobalt mondial provient de la République démocratique du Congo (RDC), où il est parfois extrait à la main par des mineurs artisanaux pour le compte notamment de Glencore. La chaîne d’approvisionnement du cobalt est sous la surveillance attentive des ONG, comme Amnesty International, depuis que le métal a fait son entrée dans les chaînes d’approvisionnement des véhicules électriques.

Terres de cobalt

La production mondiale de cobalt est estimée à environ 102.000 tonnes. Le Canada, la Chine, la Russie, l'Australie, la Zambie et - la Nouvelle-Calédonie - font partie des sources de production. Au cours actuel du cobalt, la production hydrométallurgique calédonienne qui est de 4.500 tonnes devrait rapporter plus de 330 millions de dollars au groupe brésilien pour l’année 2017. Le procédé innovant de Vale Nouvelle-Calédonie permet de produire notamment du carbonate de cobalt qui est employé dans la préparation des autres sels et pigments de cobalt. La filiale du géant brésilien est actuellement la seule, avec la technologie hydro-métallurgique de l'usine du Sud, à produire du cobalt en Nouvelle-Calédonie.

Le cobalt a été découvert et isolé en 1735 par le chimiste suédois George Brandt dans un minerai que les mineurs allemand de Saxe ne savaient pas traiter le croyant ensorcelé, ils l'avaient appelé Kobald signifiant « esprit mauvais ». Décidemment, les temps changent.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play