A Mayotte, le service militaire adapté offre une deuxième chance aux jeunes décrocheurs

sécurité
RSMA Mayotte
Des soldats du RSMA de Mayotte lors du défilé militaire du 14 juillet 2018 sur les Champs-Elysées à Paris. ©LUDOVIC MARIN / AFP
Ils ont entre 18 et 25 ans et ont rejoint le régiment du service militaire adapté (RSMA), dans l'espoir d'un avenir meilleur: à Mayotte, où sévissent chômage de masse et délinquance juvénile, le dispositif né il y a 60 ans confirme son rôle-clé dans l'insertion des jeunes ultramarins.

"Vous avez renoncé à la facilité, à l'oisiveté. Vous avez choisi la droiture du comportement plutôt que la délinquance", lance aux jeunes recrues le lieutenant-colonel Pierre-Louis Dubois, commandant du régiment, lors d'une cérémonie de présentation au drapeau.

Créé en 1961 pour faire face aux risques d'embrasement qui menaçaient alors les Antilles, le service militaire adapté offre à la jeunesse ultramarine, nombreuse et parfois inactive, une formation professionnelle, civique et morale en vue de son insertion sur le marché de l'emploi. A l'occasion de son 60e anniversaire, le SMA sera représenté au défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées.

 

A Mayotte, confronté à une démographie galopante, le manque de formations et de débouchés entraîne l'exclusion d'une part importante de la jeunesse. Echec scolaire, déshérence sociale : en 2018, 39% des jeunes de 15 à 29 ans n'étaient ni employés ni en formation, contre 13% en métropole, selon l'INSEE.

Yousna Ibrahim, jeune bachelière de 18 ans, a passé une année oisive avant d'embarquer dans l'aventure RSMA. "J'ai appris à être ponctuelle, à ne pas répondre et à ne pas me chercher des excuses", dit l'aînée d'une fratrie de cinq enfants qui a passé "par défaut" un bac pro économie du bâtiment. Après six mois au sein du régiment, la jeune femme va entamer une nouvelle formation pour renouer avec sa vocation d'assistante médicale.

Trentre-trois ans d'activité

Déployé sur cette île de l'océan Indien depuis 1988, le dispositif accueille plus de 600 volontaires par an et leur offre une vingtaine de formations : bâtiment, restauration, agent de sécurité, mais aussi aide à la personne, magasinier, aide mécanicien ou encore conducteur poids lourd. 

"Même si vous n'empêcherez pas que, chez certains, le naturel revienne au galop, les entreprises sont globalement satisfaites car ils ont appris un métier, on sait qu'ils ont de bonnes bases", commente Carla Baltus, la présidente de l'organisation patronale Medef à Mayotte, en saluant "un taux d'insertion assez exceptionnel comparé à d'autres institutions spécialisées dans la formation professionnelle".

 

Illettrisme

Les stagiaires perçoivent une rémunération de 339 euros par mois et peuvent passer le permis gratuitement. Seules conditions: avoir entre 18 et 25 ans et être de nationalité française. Plus de 80% trouvent une sortie positive, dans une formation qualifiante ou avec un contrat professionnel de plus de six mois, affirme l'encadrement.

Un accompagnement précieux à Mayotte où 77% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. L'illettrisme et l'analphabétisme y touchent plus de la moitié des jeunes recrues du RSMA. "Vous avez des jeunes qui se présentent, ils n'ont même pas de sous-vêtement, ils ne connaissent pas leur pointure, c'est du vécu ! Sans oublier l'illetrisme. Car même s'ils ont des smartphones, ils ne maîtrisent pas les démarches en ligne, par exemple", explique à l'AFP le commandant Alain Faltot, officier de communication du RSMA.

Reconversions

Toutes les recrues passent par une première phase, la formation militaire initiale (FMI). Pendant ce mois intensif, la promotion apprend les bases du savoir-être, de la cohésion et de la vie au régiment: respect, discipline, bonne tenue sont les maîtres mots. "Quand on nous donne un ordre, il faut le suivre, il ne faut pas contester. Parfois, chacun en faisait à sa tête et le cadre pétait les plombs. Après, on devait payer la facture ensemble", raconte Abdul Farid Hafidou, un jeune de 19 ans qui vient de finir sa formation initiale. 

"Après mon bac, je ne voulais pas continuer, il y a quelque chose qui me bloquait à l'école. Je suis venu pour changer mon comportement qui n'était pas très fluide, pas social. Je suis venu pour l'encadrement", explique le volontaire stagiaire qui s'apprête aujourd'hui à entamer une formation de neuf mois dans la construction. Il envisage ensuite de passer le concours de policier.