Affrontements à Mayotte : enquête après la mort d'un bébé

justice
police mayotte
©Mayotte La 1ere
Une enquête a été ouverte à Mayotte pour tenter de déterminer si le décès d'un nourrisson vendredi en marge d'affrontements entre des jeunes encagoulés et des forces de l'ordre à Kahani (ouest de l'île), pouvait être lié à l'inhalation de gaz lacrymogènes, a déclaré mercredi le procureur de l'île.
La presse locale a rapporté qu'un projectile de gaz lacrymogène serait tombé dans une cour familiale lors des affrontements et qu'un bébé de trois mois était mort après avoir inhalé les gaz, selon son entourage. Le décès d'un enfant a bien été confirmé à l'AFP, mais le bébé, une petite fille, a été immédiatement inhumé, comme le veut la religion musulmane. Aucune autopsie n'a été pratiquée.
    

Violences récurrentes

"Une enquête a été ouverte pour établir la réalité des faits", a indiqué le procureur Camille Miansoni, précisant qu'"aucune plainte n'a été déposée". "À ce jour, le décès d'un enfant est établi mais aucun élément ne permet de le rattacher à d'éventuelles inhalations de gaz lacrymogènes", ajoute le procureur. Il souligne également que "le certificat de décès ne mentionne aucun obstacle médico-légal" et que l'enfant "souffrait depuis quelques jours de problèmes respiratoires". De sources proches du dossier, on précise que la mère du nouveau-né était venue la veille dans un dispensaire avec son enfant malade.
    
Mayotte est le théâtre depuis plusieurs mois de violences récurrentes, souvent orchestrées par des jeunes, parfois encagoulés, qui s'en prennent à la population, aux lycéens et aux forces de l'ordre. A Kahani, les affrontements avaient débuté devant le lycée, avant de se propager dans le voisinage.