Archives d'Outre-mer - le parcours d'Antoine Kombouaré, de son Caillou natal à son but mythique en coupe d'Europe

archives d'outre-mer
Antoine Kombouaré, entraîneur du TFC (Toulouse Football Club) en 2019
©FRÉDÉRIC SCHEIBER / HANS LUCAS VIA AFP
A la veille de ses 57 ans, le Néo-Calédonien Antoine Kombouaré est devenu une figure incontournable du football français. Discret, persévérant, travailleur, il a su se forger une place loin de son « Caillou » natal. Les Archives d'Outre-mer reviennent sur les moments marquants de sa carrière.
 
Si Antoine Kombouaré est connu aujourd’hui comme entraineur, il a d’abord été joueur professionnel dans les années 1980-1990. Né à Nouméa, le jeune Antoine se forme à Wajekol, club situé à Plum, dans la banlieue de Nouméa. Ce défenseur rigoureux, avec une volonté farouche de réussir, va très vite se faire repérer pour une carrière que l’on sait aujourd’hui très riche.  


Le début d’un exil 

Cet exil débute à l’âge de 19 ans d’une rencontre entre deux amis, Marcel Mao, conseiller technique régional et Guy Elmour, alors entraineur de la sélection calédonienne de football. C’est cette rencontre qui lance la carrière exceptionnelle d’Antoine Kombouaré.

Dans le reportage qui suit, un journaliste recueille les impressions de Guy Elmour et Antoine Kombouaré, à quelques jours de son départ pour l'Hexagone. C’était en janvier 1984.


Parcours d’Antoine Kombouaré au FC Nantes

Dès son arrivée en Loire-Atlantique Antoine Kombouaré apprend le métier de footballeur professionnel. Il découvre les fondamentaux de ce sport : la discipline, la rigueur, l’assiduité au travail et l’esprit d’équipe. Son entraineur, Jean-Claude Suaudeau, alors champion de France en titre, sera très vite séduit par le potentiel du Kanak au point de l’intégrer en cours de saison 1983/1984 au sein du groupe professionnel. Evènement qui marque un véritable tremplin dans sa jeune carrière.

Regardez ce reportage de RFO Paris, réalisé par Christian Prudhomme (aujourd'hui directeur du Tour de France), diffusé sur France 3 et RFO Paris, le 20 avril 1986 :
 

La naissance de « Casque d’Or »

La Coupe de l’UEFA 1992-1993 reste un moment fort dans la carrière d’Antoine Kombouaré. En quart de finale retour, il rentre dans la légende du club et du football français. Il inscrit de la tête le quatrième but dans les arrêts de jeu face à la prestigieuse équipe du Réal de Madrid. Ce but de la tête libére tout un stade en ébullition et lui vaudra le surnom de « Casque d’Or ».
 

«Je suis au bord du terrain à 3-0, parce que je pense qu’on est qualifié. A 3-1, je serre les fesses et à 4-1, c’est l’explosion totale. L’image que je retiens ? Antoine avec les bras tendus et les doigts levés. Mais c’est surtout le bruit du stade que je garde en tête. C’était inimaginable ! C’était une libération totale de tout le monde, joueurs et supporters. Les ramasseurs de balle qui sautaient dans les bras des joueurs… Une atmosphère incroyable, une sorte de frénésie et d’hystérie totale ! Vous êtes ailleurs. Ce sont des émotions géniales. Je n’avais pas joué, mais à ce moment-là, on s’en fout !»

Alain Roche, joueur du Paris Saint-Germain

 

Eh ben, voilà le quatrième but. Coup franc, tête de Kombouaré, quatrième but. Et qualification du Paris-Saint-Germain.  Ça ne peut pas se passer différemment que le but de Kombouaré qui marque de la tête. C’est une tête que je sens, je ne pourrais pas expliquer.

Michel Platini, consultant pour Canal +


Ecoutez la réaction d’Antoine Kombouaré dans les couloirs du Parc des Princes après cette rencontre d’anthologie :
 


Kombouaré entraineur : une reconversion réussie   

Après une brillante carrière de joueur professionnel, Antoine Kombouaré a entamé en 2000 une nouvelle page de son aventure footballistique. Entraineur reconnu, il a su imposer son style auprès de prestigieux clubs de ligue 1 et ligue 2, en France comme à l’International. Fier de ses origines kanak, il a toujours porté les valeurs de respect, travail, dignité.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live